Planète

Énergie verte : l'éolien ne protège pas la biodiversité

ActualitéClassé sous :développement durable , zoologie , éolien

L'éolien entre dans le cadre de la production d'énergie renouvelable et à ce titre, contribue à la protection de l'environnement. Vraiment ? Les éoliennes sont chaque année à l'origine du décès de nombreux oiseaux et chauves-souris, et la mort récente de six aigles dorés aux États-Unis suscite le débat.

Les éoliennes du parc éolien de Pine Tree en Californie ont tué six aigles dorés cette année. © Antonio Villaraigosa, Flickr, cc by nc 2.0

Depuis longtemps, les éoliennes sont accusées d'être nocives pour les oiseaux et les chauves-souris, qui entrent en collision avec les gigantesques pales dont la longueur peut désormais atteindre 70 mètres.

De nombreuses campagnes de comptage, au Canada, en France et en Belgique notamment, ont permis de statuer sur la gravité du problème (la Ligue de protection des oiseaux avait estimé entre 0 et 60 le nombre de victimes par éolienne et par an). La conclusion est claire : l'énergie éolienne, censée contribuer à la protection de l’environnement, porte en réalité atteinte au maintien de la biodiversité. Mauvaise nouvelle pour cette industrie en plein essor.

Évolution de la taille des éoliennes depuis 1980. Une pale mesure maintenant jusqu'à 70 mètres (donc 140 mètres pour le diamètre) en ce qui concerne les éoliennes sur terre. © Energy Efficiency and Technology, DR, traduction Futura-Sciences

Évolution de la taille des éoliennes depuis 1980. Une pale mesure maintenant jusqu'à 70 mètres (donc 140 mètres pour le diamètre) en ce qui concerne les éoliennes sur terre. © Energy Efficiency and Technology, DR, traduction Futura-Sciences

Pour les partisans de l'éolien qui ne semblent pas contester les chiffres, le problème n'est pas si grave que ça : le nombre d'oiseaux tués par les éoliennes est nettement moins important que celui des oiseaux victimes des tours radio, gratte-ciels, voitures, lignes à haute tension, etc. Mais que ces constructions humaines ne se targuent pas de vouloir protéger l'environnement...

L’éolien a du plomb dans l’aile

Aux États-Unis, deuxième producteur d'énergie éolienne derrière la Chine, grâce à une capacité de production de 40.200 MW, l'heure est grave. Pour la première fois, un organisme fédéral - l'U.S. Fish and Wildlife Service (FWS) - va mener une enquête concernant l'impact des éoliennes sur les populations d’oiseaux.

En effet, les États-Unis ne sont pas épargnés par ce problème. D'après l'American Bird Conservancy, une organisation de défense des oiseaux, chaque mégawatt éolien tue 14 oiseaux par an, soit un total d'environ 440.000 victimes chaque année.

Cause de mortalité des oiseaux. Les éoliennes ont finalement un impact assez faible. © Association canadienne de l'énergie éolienne, 2006

Cause de mortalité des oiseaux. Les éoliennes ont finalement un impact assez faible. © Association canadienne de l'énergie éolienne, 2006

Cette dernière année, six aigles dorés ont été victimes des énormes éoliennes du parc Pine Tree, qui tapissent le sol du désert de Mojane, à une centaine de kilomètres de Los Angeles en Californie. Et aux États-Unis, les aigles dorés sont protégés par deux lois (protection acts).

L'affaire pourrait bien contrecarrer les plans de la mégalopole américaine qui avait fixé à 35 % le taux d'approvisionnement de l'électricité grâce à l'énergie éolienne à l'horizon 2020. Selon Jerome Ford, directeur du programme sur la migration des oiseaux au FWS, le but est de trouver un moyen de produire de l'énergie renouvelable tout en respectant la biodiversité et plus particulièrement celle qui est en danger. Placer les parcs éoliens hors des flux migratoires est une solution, mais selon les écologistes, cela pourrait entraîner une fragmentation des habitats, également néfaste pour les populations animales concernées.

Les dix plus gros pays producteurs d'énergie éolienne en 2010 et l'évolution de leur parc depuis 2004. © Bruno Scala/Futura-Sciences, données thewindpower.net

Les dix plus gros pays producteurs d'énergie éolienne en 2010 et l'évolution de leur parc depuis 2004. © Bruno Scala/Futura-Sciences, données thewindpower.net

Les chauves-souris également menacées

En outre, les oiseaux ne sont pas les seules victimes des éoliennes. Les chauves-souris pâtissent également de cette énergie verte. S'il est plus facile pour les chauves-souris d'éviter les pales, puisqu'elles se dirigent grâce à l'écholocation, et peuvent donc localiser les pales la nuit (à la différence des oiseaux), il leur est en revanche impossible d'anticiper les fortes différences de pression provoquées par le passage des pales, dont les extrémités filent à des vitesses proches des 300 km/h. Cette différence de pression provoque des lésions des tissus, symptomatiques de ce qu'on appelle un barotraumatisme.

Une étude de 2008, parue dans la revue Current Biology, avait mis en évidence la nuisance des éoliennes sur les chiroptères. Tous les individus dont les poumons avaient été examinés présentaient des lésions, suggérant que les chauves-souris avaient subi un barotraumatisme. Sombre épisode pour les énergies vertes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi