La première pierre d'une installation pilote de carburant biomasse a été posée le 4 novembre 2005. Cette installation, qui va être construite au Forchungszentrum Karlsruhe (FZK) en Allemagne avec la participation d'industriels et de l'Agence pour les matières premières à base de biomasse (FNR), aura pour but de tester le processus global de production de biocarburant, de la biomasse à la pompe.
Cela vous intéressera aussi

La production de carburants de synthèse et de produits chimiques à base de biomassebiomasse réduit la dépendance par rapport au pétrolepétrole, ainsi que les émissionsémissions de CO2. De plus, la biomasse est la seule énergieénergie carbonée renouvelable permettant de fabriquer des produits chimiques. Les matièresmatières disponibles non utilisées, comme la paille, pourraient à elles-seules permettre de remplir 10% des besoins actuels allemands en carburant.

L'inconvénient de la biomasse est sa faible masse volumiquemasse volumique, d'où des coûts de transport importants. Un procédé développé au FZK, appelé "bioliq" ou BTL (Biomass To Liquid) résout ce problème et produit des carburant de bonne qualité adaptés aux futures générations de moteur. Il se décompose en 2 étapes : tout d'abord la biomasse est transformée dans des installations de pyrolysepyrolyse rapide en un produit intermédiaire ayant une concentration énergétique 10 fois supérieure (comparable à celle du pétrole brut). Ce produit, appelé slurry, peut ensuite être amené en train vers une installation centralisée pour la production de gazgaz (hydrogènehydrogène et monoxyde de carbonemonoxyde de carbone) et la synthèse de carburants. La biomasse utilisée en majorité sera de la paille et d'autres substances composées de cellulosecellulose ligneuse, qui représentent plus de 90% de la biomasse agricole, mais le boisbois de rebus, les écorces et le papier ne sont pas exclus. Le coût d'un litre de carburant se situera aux environs d'1 euro, sachant que le carburant issu de la biomasse est détaxé en Allemagne jusqu'en 2009.

Deux industriels participent au projet. D'un côté, l'entreprise Lurgi AGAG de Francfort étudie un procédé de pyrolyse rapide à partir de la biomasse. De l'autre, l'entreprise Future Energy de Freiberg (Saxe), se consacre à la gazéificationgazéification haute pressionpression. L'investissement pour l'installation pilote se montent à 23 million d'euro.

L'industrie automobileautomobile (VW et Daimler-Chrysler) est intéressé par la synthèse de biocarburantbiocarburant pour le développement de moteur avec des émissions et une consommation réduites. La Chine est également intéressée par le procédé, qui pourrait couvrir une partie de ses besoins croissants en carburants.