Le pétrolepétrole est l'un des piliers de notre économie industrielle, fournissant la quasi-totalité des carburants : essence, GPLGPL, fioulfioul, gazole. Russie, Arabie saoudite et États-Unis sont les trois principaux pays producteurs. À l'heure où la pénurie en pétrole est proche, le nouveau domaine de recherche qu'est la « chimiechimie du végétal » apporte des réponses en proposant des procédés industriels pour transformer la biomassebiomasse en carburant et en intermédiaires chimiques, avec un soucisouci environnemental croissant.

Recherche de pétrole. © Huyangshu, Shutterstock

Recherche de pétrole. © Huyangshu, Shutterstock

Et si l'on remplaçait les produits issus de la pétrochimie par des produits biosourcés ? Et si l'essence et le diesel cédaient la place au biocarburant, et le raffinageraffinage pétrolier au bioraffinage ? Et si finalement on remplaçait le pétrole par le végétal ?

L'époque de l'exploitation des hydrocarbures comme le pétrole sera peut-être bientôt révolue grâce au végétal. © Eric Kounce, Wikipédia, DP

L'époque de l'exploitation des hydrocarbures comme le pétrole sera peut-être bientôt révolue grâce au végétal. © Eric Kounce, Wikipédia, DP

La combustioncombustion de carburants fossilesfossiles et le relâchement massif de gaz à effet de serre dans l'atmosphèreatmosphère participent notamment au réchauffement climatique. Le végétal pourrait bien remplacer ces carburants.


Les agrocarburants, produits à partir de la biomasse, visent à remplacer les carburants provenant d'énergies fossiles comme le pétrole. Jean-Luc Wingert, ingénieur-conseil en énergie et environnement, nous explique au cours de cette interview quels sont les enjeux de la production du carburant de demain. © Futura-Sciences

Des biotechnologies blanchesbiotechnologies blanches aux biocarburants de deuxième générationbiocarburants de deuxième génération, découvrez l'avenir de la chimie du végétal comme alternative au pétrole dans ce dossier.

Afin de prévenir la pénurie de pétrole, les chimistes se tournent vers le végétal. Sur cette carte, les réserves mondiales de pétrole en 2010 de 0 à 267 x 10<sup>9</sup> barils par jour (bn bbl). © HêRø, Wikipédia DP

Afin de prévenir la pénurie de pétrole, les chimistes se tournent vers le végétal. Sur cette carte, les réserves mondiales de pétrole en 2010 de 0 à 267 x 109 barils par jour (bn bbl). © HêRø, Wikipédia DP

Un dossier réalisé par Minh-Thu Dinh-Audouin de L'actualité chimique.