Depuis les années 1920, les spécialistes abordent la question du pic pétrolier. Aujourd’hui, l’Agence internationale de l’énergie estime qu’il aura lieu en 2025, sauf si la production de pétrole de schiste explose. © skeeze, Pixabay License

Sciences

Pétrole : quand le pic pétrolier sera-t-il atteint ?

Question/RéponseClassé sous :énergie , pétrole , pic du pétrole

Aujourd'hui, on produit plus de 100 millions de barils de pétrole par jour. Il y a 50 ans, on en produisait à peine le tiers. Plus que jamais, on craint d'atteindre le fameux pic pétrolier. Mais quand arrivera-t-il ?

Quand le pic pétrolier sera-t-il atteint ? Avant d'espérer répondre à cette question épineuse, il semble judicieux de poser quelques définitions. Les spécialistes parlent en effet de pic pétrolier pour décrire le sommet de la courbe de production, que ce soit d'un puits, d'un champ pétrolier ou même d'une région de production. Mais dans le langage commun, le terme « pic pétrolier » s'emploie surtout pour désigner le moment où la production mondiale de pétrole arrivera à son maximum avant de commencer à décliner jusqu'à l'épuisement total des réserves.

Car rappelons-le, le pétrole n'est pas une source d’énergie renouvelable. La nature a besoin de centaines de millions d'années pour convertir de la matière organique en or noir. De fait, la quantité de pétrole présente dans le sous-sol de notre Terre - on parle alors de ressources - est donnée une fois pour toutes. Elle ne peut pas être réalimentée. Ainsi, à chaque fois que nous consommons du pétrole, nous appauvrissons les ressources. Et arrivera immanquablement un moment où la production devra se stabiliser avant de décroître.

Pour prédire quand cela arrivera, il faut estimer plusieurs variables. Et notamment le potentiel de la ressource mondiale - qui est loin de faire le consensus - ainsi que le décalage qui apparaît entre une découverte et le début de la production. Car les réserves dépendent du prix que l'on est prêt à payer pour les découvrir puis pour les exploiter. Et aussi un peu des technologies disponibles sur le moment. Sur ce principe, certains estiment que le pétrole ne sera jamais épuisé. Arrivera simplement un jour où il deviendra plus cher à extraire que d'autres énergies et où il sera donc abandonné à son triste sort.

Alaska, Mexique, Chine, Bahreïn, d’importants gisements de pétrole continuent à être régulièrement découverts un peu partout dans le monde. © Lukasz Z, Fotolia

Des chiffres à prendre avec des pincettes

Tenant compte de toutes ces données - et du fait que le pétrole demeure une denrée extrêmement convoitée et sensible -, certains estiment que le pic pétrolier a été atteint entre 2000 et 2010. Concernant uniquement la production de pétrole conventionnel.

Fin 2018, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a apporté ses précisions. La production mondiale de pétrole conventionnel aurait franchi un pic en 2008 avec 69 millions de barils produits par jour. Elle aurait décliné, depuis, de moins de 3 millions de barils par jour. Mais pendant un temps, le pétrole de schiste a pris le relais. La situation semble aujourd'hui plus délicate. Selon l'AIE en effet, il faudrait multiplier par 2 ou par 3 les extractions de pétrole de schiste pour éviter aujourd'hui que le pic pétrolier ne soit atteint en 2025.

Et cela dépendra sans doute largement de l'état du marché. Car à ce jour, la plupart des entreprises qui exploitent le pétrole de schiste aux États-Unis, par exemple, investissent déjà plus qu'elles ne gagnent. Elles ne semblent donc pas disposées à augmenter leurs productions. D'autant que dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique, la demande pourrait bien finir par partir à la baisse. Une autre sorte de pic pétrolier qui arrivera, selon les spécialistes, entre la fin des années 2020 et la fin des années 2030.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La plateforme pétrolière Kulluk échouée en Alaska  La plateforme Kulluk voyageait depuis l'Alaska vers Seattle. Mais en raison de conditions météo déplorables, elle s'est échouée sur l'île Kodiak.