Planète

Biodiesel : retour en grâce d’une voie de synthèse longuement oubliée

ActualitéClassé sous :développement durable , fermentation bactérienne , biocarburant

Un mécanisme de fermentation bactérienne découvert voici un siècle, mais oublié depuis longtemps, permettra peut-être de produire les biocarburants de demain. Grâce à quelques améliorations, du biodiesel vient d'être directement synthétisé à partir de sucres, de bactéries Clostridium acetobutylicum et de quelques ingrédients mystères... à découvrir. 

Cette pompe distribuera-t-elle bientôt du biodiesel produit grâce à des bactéries Clostridium acetobutylicum ? Réponse dans quelques années... © rrelam, CC by-nc 2.0

Le biodiesel de demain sera-t-il produit par un procédé chimique vieux d'un siècle mais oublié de tous ? Au début de la première guerre mondiale, les Britanniques ont développé une nouvelle matière explosive pouvant remplacer la poudre à canon : la cordite. Seul ennui, sa production requérait d'importantes quantités d'acétone. Ce solvant fut en partie fourni par un processus chimique peu coûteux développé par Chaim Weizmann, le futur premier président de l'État d'Israël. 

Ce chimiste avait mis au point un processus de fermentation, nommé ABE, basé sur l'utilisation de bactéries Clostridium acetobutylicum pouvant convertir l'amidon en acétone, butanol et éthanol. Une distillation séparait ensuite ces trois constituants. Ce procédé fut vite oublié face à la montée en puissance des produits dérivés du pétrole, bien qu'il ait connu une deuxième vie dans l'industrie du caoutchouc synthétique durant la seconde guerre mondiale. 

Ce mécanisme de fermentation bactérienne pourrait faire un grand retour, cette fois pour de bon ! Des chimistes, menés par Dean Toste de l'University of California à Berkeley, sont en effet parvenus à l'améliorer afin de directement produire des biocarburants à partir de sucres. Résultat, le biodiesel synthétisé brûle aussi bien que son homologue fossile, tout en polluant moins. Cette avancée a été présentée en détail dans la revue Nature.

Zachary Baer de l’University of California à Berkeley sépare l’acétone et le butanol (en haut dans la chambre de fermentation) du milieu contenant les bactéries Clostridium (en bas). Ce qu’il reste dans le système sera utilisé pour produire du biodiesel. © Robert Sanders photo

Les sucres : une large gamme de matières premières

Cette nouvelle version du mécanisme de fermentation peut être alimentée, ce qui est avantageux, par plusieurs types de sucres : glucose de maïs, sucrose de canne à sucre ou amidon. Un processus cellulosique permet également d'utiliser les déchets végétaux ou de l'herbe comme matière première. Cet aspect est intéressant. En effet, leur production n'accapare pas de terres agricoles utilisées par l'industrie alimentaire. 

Les Clostridium acetobutylicum n'ont pas fait l'objet d'adaptation puisqu'ils travaillent déjà efficacement. Des solvants spécifiques, comme la tributyrine, ont en revanche été développés afin d'extraire partiellement, mais très précisément, du butanol et de l'acétone hors du milieu sans toucher à l'éthanol. Point important, les solvants ne se diluent pas dans la préparation et surtout, ils n'affectent pas la santé des bactéries. Ainsi, plus besoin de distillation. Le coût énergétique des opérations est divisé par 10 !

Les Clostridium feront-elles voler les avions ?

Du palladium et du phosphate de potassium ont alors été ajoutés dans le milieu. Ces catalyseurs favorisent l'établissement rapide de liaisons entre le butanol et l'éthanol, donc la formation d'aldéhydes. Ces derniers interagissent à leur tour avec l'acétone restant pour former des chaînes hydrocarbonées, des cétones brûlant comme les alcanes du diesel d'origine fossile. La longueur de ces structures pourrait être modifiée en adaptant les conditions de fabrication. Il serait ainsi possible de produire de l'essence (chaînes courtes), du diesel (chaînes longues) ou du jet fioul (chaînes ramifiées), un carburant utilisé dans l'aviation

Les biocarburants produits par cette filière pourraient être disponibles sur le marché d'ici 5 à 10 ans. Cependant, leurs prix ne seraient actuellement pas en mesure de concurrencer ceux des carburants d’origine fossile. Des améliorations permettant d'accélérer les réactions, tout en les rendant plus efficaces et moins coûteuses, sont requises. La solution pourrait notamment provenir de nouveaux solvants. À suivre donc...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi