Planète

Microdiesel : le biocarburant directement produit par des bactéries

ActualitéClassé sous :développement durable , c-da-m , microdiesel

-

L'institut de microbiologie de l'université de Münster, sous la direction du Prof. Steinbüchel, a développé une souche de bactéries capables de produire du biocarburant à partir de matières premières renouvelables et peu coûteuses (comme le glucose). Ce procédé, protégé par un brevet, vient d'être présenté dans la dernière édition de la revue scientifique "Microbiology".

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Les triacylglicérides contenues dans les huiles végétales présentent des propriétés de viscosité qui empêchent l'utilisation directe de ces huiles en tant que biocarburants. Il faut faire réagir ces triacylglicérides avec du méthanol pour obtenir des méthylesters d'acides gras (FAMEs), principaux composants des biocarburants. Or, cette réaction chimique est particulièrement coûteuse et demande un grand apport énergétique. En outre, le méthanol étant relativement toxique, son utilisation doit rester limitée. C'est pourquoi le procédé biotechnologique mis au point par l'équipe du Prof. Steinbüchlen est particulièrement intéressant.

En modifiant génétiquement la bactérie E. Coli, ces chercheurs ont pu produire, à partir de glucose et d'acides gras, non pas des FAMEs mais des éthylester d'acides gras à longues chaînes (FAEEs) qui peuvent être également utilisés comme biocarburant. Ils ont appelés ces substances des "microdiesels". D'après le prof. Steinbüchlen : "l'avantage de ce système est que l'alcool nécessaire au métabolisme des acides gras est produit par la bactérie elle-même. Cela signifie que le "microdiesel", contrairement aux "biodiesels classiques", est entièrement produit à partir de matières premières renouvelables".

La bactérie E.coli Crédits : http://archquo.nouvelobs.com

Les perspectives de l'institut de microbiologie de Münster sont donc désormais de développer le spectre des substrats de ces bactéries c'est-à-dire de mettre au point des bactéries capables d'utiliser des matières premières bon marché et renouvelables, comme la lignite ou la cellulose, pour produire des FAEEs.

Par David Boucard.

Cela vous intéressera aussi