Famille de guépards. © Tambako The Jaguar, Flickr, CC by-nc 2.0

Planète

Safari sauvegarde de Laurie Marker, l'ange-gardien des guépards

ActualitéClassé sous :animaux , guépard , mesure de préservation

Ouvrez grand les yeux, ils sont devant vous ! Bienvenue dans le monde des guépards, au beau milieu du bush namibien, le pays abritant le plus de guépards sauvages au monde ! À près de 300 km de la capitale, le Cheetah Conservation Fund est une ferme namibienne à la pointe de la protection de cet animal fascinant.

Le guépard est l'animal terrestre le plus rapide au monde, mais sa réalité est méconnue du grand public : il est aussi le big cat fonçant le plus rapidement vers sa disparition, en Afrique et dans le monde entier. À ce rythme, dans quelques années, le cheetah, comme on dit ici, ne sera plus qu'une photo dans les livres d'histoire.

Le Cheetah Conservation Fund (CCF) a été fondé en Namibie en 1990 par une Californienne, le Dr. Laurie Marker, qui a commencé sa carrière en travaillant avec des guépards au Wildlife Safari, un parc animalier des États-Unis. Elle a d'abord voyagé en Afrique du Sud-Ouest (maintenant la Namibie) tout en menant des recherches sur le rétablissement des guépards nés en captivité. Ses recherches ont prouvé que les guépards détenus en captivité pouvaient apprendre à chasser. Sans intervention, l'avenir de l'espèce serait menacé. 

Lutte pour la préservation des guépards

Le Dr Laurie Marker est un des leaders mondiaux dans la recherche et la préservation des guépards. Véritable amoureuse de cet animal, la vétérinaire a multiplié les voyages en Namibie depuis les années 70 avant de véritablement s'y installer et de vivre au quotidien à côté des félins : « Pour moi, le guépard est l'animal le plus fascinant de la Planète, nous dit Laurie Marker. C'est l'espèce de grand félin la plus singulière sur plus de 40 espèces différentes. Je voulais réellement comprendre pourquoi nous sommes en train de les perdre, pourquoi les fermiers les tuent et les détestent. Je voulais comprendre aussi pourquoi le monde entier ne sait pas que cet animal si fascinant est fragile et proche de l’extinction. » 

Laurie Marker. © Pascale Sury, tous droits réservés

Le guépard est d'une rapidité inégalée, « dessiné » pour la vitesse. Le félin est capable d'atteindre 110 km/h en 3 secondes et au sommet de sa vitesse, sa foulée peut atteindre jusqu'à 7 mètres de long. Avec de longues pattes et un corps très mince, le guépard est assez différent de tous les autres « chats ». Sa physiologie et sa morphologie sont très particulières. Leurs couleurs et leurs taches sont une forme de camouflage pour se cacher des chasseurs et des autres prédateurs.

Les guépards, une espèce en voie d’extinction

Guépard, un félin exceptionnel. © Pascale Sury, tous droits réservés

Malheureusement, le revers de la médaille, ce sont les chiffres dramatiques des populations restantes sur la Planète. De 10.000 en 1900, le monde des guépards s'est réduit à quelques 8.000 individus aujourd'hui. Les cheetahs sont très vulnérables face au braconnage, à la réduction de leur habitat naturel et aux innombrables conflits avec les éleveurs.

« Aujourd'hui, il reste moins de 7.500 individus vivant à l'état sauvage en Afrique, constate le Dr. Laurie Marker. Les tous derniers guépards d'Asie vivent, eux, en Iran et il en reste moins de 50 là-bas. Les deux-tiers des populations restantes sont très petites, fragmentées, isolées ! C'est un énorme problème. La Namibie et le Botswana ensemble accueillent plus ou moins 50 % de derniers guépards de la Planète. »

Conservation et sauvegarde des guépards 

Pour préserver la vie sauvage des guépards, ce centre s'est donné pour mission de réduire les conflits entre l'être humain et le félin. En Namibie, près de 90 % des guépards sauvages vivent en dehors des zones protégées, c'est-à-dire sur les terres agricoles où vivent les troupeaux de chèvres, moutons, vaches... Les éleveurs sont forcément prêts à tuer les prédateurs pour protéger leur gagne-pain !

« Quand j'ai créé la fondation dans les années 90, je suis simplement venue faire du porte-à-porte, rencontrer les communautés de fermiers et cartographier les zones de conflit ! Et les paysans me disaient sans cesse qu'ils voulaient recevoir plus d'informations sur les guépards, c'est là que nos recherches biologiques et écologiques interviennent. Mais ils demandaient aussi une vraie éducation, c'est pour ça que nous avons ouvert ce centre de recherche et d'éducation au public en 2000, nous avons des écoles qui viennent ici, des agriculteurs et le grand public qu'ils soient de Namibie ou du monde entier. »

Déclaration d'amour ! © Pascale Sury, tous droits réservés

Pour prévenir ces conflits, le Cheetah Conservation Fund travaille sur la recherche scientifique (la biologie, l'écologie et la génétique des guépards), mais intensifie son travail d'éducation à l'égard du grand public, des écoliers et des agriculteurs eux-mêmes. Et, de manière à utiliser « une arme naturelle », ils ont lancé un programme inédit d'élevage de chiens de garde, les bergers d'Anatolie, pour protéger les troupeaux dont la seule présence est dissuasive.

Cet amour de la vie sauvage anime le Dr. Laurie Marker depuis 30 ans. Le rêve de toute l'équipe du Cheetah Conservation Fund est que la sensibilisation sur la cause des guépards permette d'assurer leur survie -- c'est un travail d'éducation indispensable auprès des Hommes -- et autorise aussi qu'un avenir puisse se murmurer à l'oreille des guépards.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !