Deux petits guépardsguépards sont nés le 19 février dernier au zoo de Colombus, dans l'Ohio aux États-Unis, grâce à la fécondation in vitro. En novembre, deux femelles guépards, Kibibi et Bella, sélectionnées pour leur intérêt génétiquegénétique, avaient reçu des injections d'hormoneshormones pour stimuler l'ovulationovulation. Leurs ovulesovules ont ensuite été prélevés puis fécondés en laboratoire avec du spermesperme décongelé, recueilli au début de l'année dernière sur deux guépards mâles. Les embryonsembryons ont ensuite été implantés chez deux autres femelles, Izzy et sa sœur Ophélie. La bonne nouvelle est arrivée le 23 décembre : l'échographieéchographie a révélé que deux embryons s'étaient correctement implantés chez Izzy, âgée de 3 ans.

C'était la troisième fois que les scientifiques du zoo tentaient une telle procédure. La fécondation in vitro, bien que courante chez l'humain et de nombreuses espèces d’animaux, est particulièrement délicate chez les grands félins. « C'est une énorme réussite, qui élargit les connaissances scientifiques sur la reproduction du guépard, et pourrait devenir un élément important de la gestion de la population de l'espèce à l'avenir », s'est félicité Randy Junge, le directeur adjoint de la santé animale au zoo de Colombus. Le guépard est classé comme espèce « vulnérable » par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICNUICN), menacé notamment par la fragmentation de son habitat.