Planète

Pour sauver les guépards, cette californienne propose une solution étonnante

VidéoClassé sous :Biodiversité , guépard , cheetha Conservation Fund

En Namibie, Laurie Marker œuvre depuis 30 ans pour protéger les guépards de l'extinction. Au travers de son travail de conservation, elle espère réduire les conflits entre l'Homme et ces incroyables prédateurs. Pascale Sury est partie à sa rencontre pour nous livrer les détails du projet en vidéo !

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Situé à quelque 40 kilomètres d'Otjiwarongo, en Namibie, le Cheetah Conservation Fund (CCF) a été fondé en 1990 par la biologiste Laurie Marker. La stratégie de la biologiste californienne est simple : améliorer les relations entre les prédateurs et les éleveurs, et ce, grâce à un autre animal à quatre pattes. Les chiens de berger, redoutés par les guépards, semblent en effet constituer une excellente parade pour dissuader les félins de s'aventurer sur les terres habitées et d'y tuer le bétail. Néanmoins, qui dit objectif simple n'implique pas forcément une réalisation facile.

Une course contre l'extinction

La mission du CCF est donc multiple et exigeante. D'un côté, son rôle est de mener des recherches (biologiques, écologiques et génétiques) sur les guépards ; de l'autre, il joue un rôle d'éducation auprès des éleveurs en leur permettant de mieux comprendre ces créatures qui vivent sur leurs terres et de s'en protéger. Enfin, il est également un centre d'élevage pour de nombreux chiens de berger qui viennent en aide aux populations locales. Ses trente ans d'efforts ont valu à Laurie Marker le Tyler Prize en 2010, récompensant les initiatives de sciences environnementales, et la sauvegarde de nombre de ces grands félins sur le territoire namibien. Actuellement en voie d'extinction, il ne resterait que 7.000 guépards dans le monde aujourd'hui.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Pascale Sury : pascalesury.com