Un extrait du film Food Evolution. © 2018 2iFILMS

Planète

Food Evolution, le documentaire qui dit la vérité sur les OGM, sort le 20 février

ActualitéClassé sous :agriculture , Food evolution , Environnement

Contrairement à ce qui est répété dans les médias depuis des années, la communauté scientifique a atteint depuis longtemps un consensus en ce qui concerne les risques pour la santé avec les OGM actuellement utilisés. Il n'y en a pas plus qu'avec la nourriture non OGM et sa production. Depuis plus de deux ans, un documentaire donne la parole à cette communauté pour rétablir la vérité sur les OGM et leur importance pour relever les défis du XXIe siècle. Ce documentaire, appelé Food Evolution, sort en France cette semaine.

Futura vous avait déjà parlé de la sortie en France du documentaire Food Evolution qui donne une toute autre perspective de ce qu'il faut penser des OGM au niveau des risques pour la santé (voir précédent article ci-dessous).

Food Evolution sort ce 20 février 2019 et pour cette occasion le réalisateur Scott Hamilton Kennedy revient, à nouveau, dans notre pays pour défendre son travail à l'occasion de quatre soirées-débats organisées dans trois cinémas différents.

Rappelons qu'il était déjà venu en novembre de l'année dernière, à Paris, pour une projection-débat en avant-première à AgroParisTech avec le soutien de l'Académie d’agriculture de France, de l'Association française pour l'information scientifique, l'Afis, et l'Institut Sapiens.

La bande annonce française de Food Evolution. © 2018, tous droits réservés. 2iFilms, Black Valley Films, Food Evolution LLC.

Il y a de nombreux intervenants dans ce film, aussi bien des anti que des pro-OGM. Food Evolution montre qu'il y a un large consensus scientifique, comme dans le cas du réchauffement climatique, sur le fait que les OGM que nous utilisons actuellement ne se sont pas révélés dangereux ni pour la santé humaine ni pour l'environnement.

Il ne s'agit pas de dénigrer l'agriculture biologique ou l'agroécologie. D'ailleurs, Mark Lynas, l'un des intervenants du documentaire et qui a eu un véritable chemin de Damas en ce qui concerne son ancienne opposition viscérale aux OGM, a clairement dit dans sa fameuse conférence à Oxford en 2013 où il défendait les OGM (voir le précédent article de Futura en dessous) : « Cela ne veut pas dire que l'agriculture biologique n'a rien à offrir - il y a beaucoup de bonnes techniques qui ont été développées, telles que les cultures intercalaires et les plantes compagnonnes, qui peuvent être très efficaces pour l'environnement, même si elles ont tendance à nécessiter un labour intensif. Les principes de l'agroécologie, comme le recyclage des nutriments et la promotion de la diversité à la ferme, devraient également être pris plus au sérieux partout et il a précisé je suis pour un monde de diversité, mais cela signifie qu'un système d'exploitation ne peut pas prétendre avoir le monopole de la vertu et viser à exclure toutes les autres options. Pourquoi ne pouvons-nous pas coexister pacifiquement ? » (Bien évidemment, il est indispensable de lire toute sa conférence pour éviter des biais d'interprétation que peuvent produire des citations en dehors d'un contexte).

Venez discuter et débattre avec le réalisateur sur les sujets très controversés des OGM et des pesticides avec des intervenants de qualité. Food Evolution bouscule les peurs ambiantes relayées dans les médias en abordant un point de vue scientifique et jamais entendu auparavant. Le film invite à se questionner sur la place de la science dans les grands sujets qui touchent à notre alimentation et remettra en question nos préjugés et nos doutes. © 2018 2iFILMS.

Il y a une bonne illustration de ce que dit à ce sujet Mark Lynas avec le témoignage d'un autre des intervenants du documentaire, la phytopathologiste et généticienne américaine Pamela C. Ronald. La conférence TED qu'elle a donnée, en 2015, est de plus une bonne introduction au contenu de Food Evolution. Tout comme Mark Lynas et plus de 100 prix Nobel, Pamela Ronald pense que nous avons besoin des OGM comme de l'une des armes essentielles pour sauver des millions de vies humaines et bien plus, ainsi que pour aider à préserver l'environnement, alors que le réchauffement climatique est en cours et que la population humaine va encore croître.

La conférence TED de Pamela Ronald. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Français ». © TED

  • Pour répéter presque verbatim le synopsis de Food Evolution, on peut dire que depuis vingt ans, les OGM (organismes génétiquement modifiés) destinés à l’alimentation sont très controversés.
  • Au milieu d’un débat public exacerbé, marqué par la passion, la suspicion et la confusion, le réalisateur Scott Hamilton Kennedy, nommé aux Oscars, explore cette contestation sociétale et la diabolisation des OGM dans nos assiettes.
  • Raconté par l’un des plus célèbres scientifiques de notre époque, Neil deGrasse Tyson, ce film nous amène au cœur de la polémique des fruits génétiquement modifiés, des défis alimentaires du continent africain et des cultures tolérantes au glyphosate.
  • Sollicitant des militants anti-OGM, des experts, des agriculteurs et des scientifiques du monde entier, Food Evolution nous démontre avec quelle facilité, la désinformation et la peur peuvent étouffer la vérité.
Pour en savoir plus

Food Evolution : le documentaire qui dédiabolise les OGM

Article de Laurent Sacco publié le 13/02/2019

Il y a une désinformation galopante dans les médias sur les dangers des OGM pour la santé, désinformation d'autant plus alarmante que la population humaine va croître alors que l'environnement se dégrade et le réchauffement climatique s'intensifie. Des membres de la communauté scientifique se mobilisent de plus en plus pour rétablir la vérité et un documentaire courageux leur donne enfin la parole : Food Evolution.

« Les principaux problèmes de notre époque ne sont pas dus à notre méchanceté morale, mais au contraire à notre enthousiasme moral souvent mal orienté : à notre souci d'améliorer le monde dans lequel nous vivons.

Nos guerres sont fondamentalement des guerres religieuses ; ce sont des guerres entre des théories concurrentes sur la manière d'établir un monde meilleur.

Et notre enthousiasme moral est souvent peu judicieux, car nous ne réalisons pas que nos principes moraux, qui seront certainement trop simples, sont souvent difficiles à appliquer aux situations humaines et politiques complexes auxquelles nous nous sentons tenus de les appliquer. »

Ainsi s'exprimait le grand philosophe Karl Popper dans un texte extrait de son ouvrage Conjectures et réfutations au début des années 1960. Popper avait été marqué par les catastrophes de la première moitié du XXe siècle, en particulier celles produites par les idéologies totalitaires, et c'est en relation avec ces évènements qu'il faut comprendre ce texte. Mais Popper étant un philosophe des sciences, héritier de la tradition des Lumières, l'esprit de son texte peut s'appliquer aussi lorsque nous défendons des causes, où il s'agit de relever les défis monumentaux auxquels l'Humanité doit faire face en ce XXIe siècle (l'environnement avec le réchauffement climatique, l'énergie, la santé et la nourriture), et que nous ignorons les données de la Science, l'usage de la rationalité et ne tenons pas compte pour nous-même de l'effet Dunning-Kruger.

Karl Popper (1902-1994) est l'un des plus importants philosophes du XXe siècle. Il est surtout connu pour l'introduction de son fameux critère de réfutabilité en philosophie des sciences. On lui doit aussi des réflexions sur les rapports entre l'esprit et la matière, en compagnie du prix Nobel de médecine John Eccles. © Lucinda Douglas-Menzies, DP

Mark Lynas, la science et les OGM

On peut en trouver une bonne illustration avec l'exemple de Mark Lynas. Journaliste et militant écologiste britannique, diplômé en histoire et en sciences politiques de l'université d'Édimbourg, dont plusieurs articles ont été publiés dans le très sérieux et réputé journal The Guardian. Opposé viscéralement aux OGM au point de faire partie des faucheurs de leurs cultures dans les années 1990, il a fait un volte-face spectaculaire avec un mea culpa public en 2013 lors de l'Oxford Farming Conference, une conférence annuelle pour les agriculteurs britanniques qui a lieu à Oxford, au Royaume-Uni, dans la première semaine de janvier.

Mark Lynas a perdu des amis ce jour-là car il n'en déclarait pas moins qu'il avait fini par réaliser que tout ce qu'il croyait concernant les dangers des OGM et leur utilisation pernicieuse par des grandes entreprises reposait largement sur de l'idéologie et des erreurs, sans aucun fondement scientifique. Pire, ses actions menées pour le bien de l'Humanité avaient au contraire aidé à semer les graines de désastres futurs. Sa conférence de janvier 2013 est en accès libre (sur Vimeo et Youtube), sa longue traduction en plusieurs langues l'est aussi et elle est édifiante. En voici un extrait :

« Mesdames et Messieurs,
Je veux commencer par des excuses. Officiellement et publiquement, ici et dès le départ, je m'excuse d'avoir passé plusieurs années à dénigrer les cultures génétiquement modifiées (GM). Je suis également désolé d'avoir contribué à démarrer le mouvement anti-OGM dans le milieu des années 1990, et d'avoir donc contribué à diaboliser une option technologique importante pouvant être utilisée au profit de l'environnement. En tant qu'écologiste, et quelqu'un qui croit que tout le monde ici-bas a droit à une alimentation saine et nutritive de son choix, je n'aurais pas pu choisir un chemin plus contre-productif. Je le regrette maintenant complètement.

Alors je suppose que vous vous demanderez ce qui s'est passé entre 1995 et maintenant qui m'a non seulement fait changer d'avis, mais venir ici et l'admettre ? Eh bien, la réponse est assez simple : j'ai découvert la science, et ce faisant, j'espère être devenu un meilleur écologiste.

Lorsque j'ai entendu parler du soja GM de Monsanto, je savais exactement ce que je pensais. Il y avait là une grande société américaine à mauvaise réputation, qui mettait quelque chose de nouveau et expérimental dans notre alimentation sans nous le dire. Mélanger les gènes entre les espèces semblait aussi contre-nature que possible - c'était l'acquisition par l'humanité de trop de puissance technologique, quelque chose devait tourner horriblement mal. Ces gènes se répandraient comme une sorte de pollution vivante. C'était la substance des cauchemars.

Ces craintes se répandirent comme une traînée de poudre, et en quelques années, les OGM furent quasiment interdits en Europe, et nos inquiétudes ont été exportées par des ONG comme Greenpeace et les Amis de la Terre vers l'Afrique, l'Inde et le reste de l'Asie, où les OGM sont toujours interdits aujourd'hui. Il s'agissait de la campagne la plus réussie dans laquelle j'ai jamais été impliqué.

Ce fut aussi explicitement un mouvement anti-science. Nous avons utilisé beaucoup d'images de scientifiques dans leurs laboratoires bricolant avec les blocs de construction de la vie. D'où l'étiquette des aliments dits Frankenstein - il s'agissait de craintes profondes de la puissance scientifique utilisée secrètement à des fins non naturelles. Ce que nous n'avons pas réalisé à l'époque c'était que le vrai monstre de Frankenstein n'était pas la technologie des OGM, mais notre réaction contre elle »
(pour consulter le reste du texte de Mark Lynas, c’est ici).

Il faudrait être dans le déni de la réalité pour faire de Mark Lynas un vendu aux lobbies des OGM mais cela n'implique bien évidemment pas que son revirement et les thèses qu'il défend maintenant soient fondés et qu'il n'a pas fini par se fourvoyer complètement.

La communauté scientifique soutient les OGM

Sauf que Mark Lynas est très, très loin d'être seul à défendre ces thèses et, en fait, il a la majorité de la communauté scientifique avec lui et les agences d'évaluations mondiales qui se sont penchées sur les OGM. D'ailleurs, en juin 2016, plus de 100 prix Nobel ont tapé du poing sur la table dans une lettre ouverte dénonçant l'opposition aux OGM, reprenant certains des arguments déjà exposés par Mark Lynas. Là aussi, on voit mal comment plus de 100 Nobel auraient pu être achetés par des lobbies ou avoir tous perdu la tête (on connaît bien sûr quelques cas isolés, victimes de la fameuse « maladie du Nobel »).

On ne sera donc pas surpris de retrouver Mark Lynas parmi les personnes interrogées dans le cadre d'un documentaire qui sort bientôt en France, le 20 février 2019, grâce au courage de la société 2iFilms Distribution. Nommé Food Evolution, on le doit au réalisateur états-unien Scott Hamilton Kennedy, nommé aux Oscars. Il est sorti aux États-Unis en novembre 2016 et il est raconté par le scientifique qui a repris le flambeau de Carl Sagan pour l'éducation scientifique du grand public, Neil deGrasse Tyson. Il va à contre-courant de ce que la plupart des gens pensent savoir sur les dangers des OGM pour la santé en ce qui concerne leur consommation.

Bien sûr, les controverses sur les OGM ont de multiples facettes. Il faut bien garder à l'esprit que Food Evolution se concentre essentiellement et en premier lieu sur l'impact des OGM sur la santé et sur le rôle qu'ils peuvent jouer pour nourrir et faire vivre des populations dans des pays en voie de développement en Afrique ou en Asie en second lieu, alors que le réchauffement climatique va empirer.

Le débat portant sur l'utilisation à grande échelle des OGM, concernant par exemple la biodiversité, l'épuisement des sols, etc. et surtout par les grandes industries détentrices de brevets, et que l'on peut avoir déjà avec des organismes non génétiquement modifiés, est sans aucun doute important. Mais il reste à l'arrière-plan du documentaire qui s'occupe déjà de savoir ce qu'il faut penser d'une partie du dossier avec les OGM.

Toutefois, Scott Hamilton Kennedy et son équipe ont fait un travail remarquable pour aller à la rencontre non seulement des experts scientifiques mais aussi des militants anti-OGM et bien sûr, ceux qu'il ne faut pas perdre de vue, les agriculteurs qui les utilisent, ou pas, et ce dans le monde entier.

Food Evolution est très sérieux et ce fait a été reconnu aussi bien par l'Académie d’agriculture de France que par l'Association française pour l'information scientifique, l'Afis, qui est parrainée par un aréopage de scientifiques de renom. Pour preuve, elles ont aidé, avec l'Institut Sapiens, à la tenue d'une projection-débat de Food Evolution en avant-première à AgroParisTech, fin novembre 2018. Scott Hamilton Kennedy avait fait le voyage pour venir en France à cette occasion et il était prêt à répondre aux questions de ceux qui étaient présents dans l'amphithéâtre.

La première partie d'une interview de Scott Hamilton Kennedy dédiée à la sortie de son documentaire en France. © 2018, Tous droits réservés. 2iFilms, Black Valley Films, Food Evolution LLC

Il y aurait beaucoup à dire sur le film, son contenu, ses motivations, son financement, les polémiques qu'il a suscitées (par exemple avec Marion Nestle) mais le mieux est probablement que vous vous fassiez une opinion vous-même en allant le voir dans un premier temps puis, pour prolonger votre réflexion en consultant le dossier de presse très complet que l'on peut trouver sur le site que le distributeur français, 2iFilms, a consacré au documentaire de Scott Hamilton Kennedy et qui permet déjà de répondre à plusieurs des interrogations que l'on peut avoir (on peut, par exemple, y trouver des descriptions courtes de plusieurs des personnes interrogées, pro ou anti-OGM). Il existe aussi une interview du réalisateur en 7 parties, 7 questions spécialement dédiées à la sortie de Food Evolution et que l'on peut trouver sur Vimeo.

Alors, êtes-vous prêts à prendre « la pilule rouge » ?

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 4/5 : risques et enjeux des OGM  Avec la naissance des OGM et leur commercialisation apparaissent certaines questions. En effet, quels pourraient être les risques sanitaires et l'impact sur l'environnement de ces produits ? Afin de mieux comprendre les OGM et leurs enjeux, nous avons interviewé Jean-Louis Serre, professeur de génétique.