Pas de consommation maîtrisée sans une régulation programmable, par fil pilote ou radio fréquence. En photo, un programmateur embarqué fonctionnant par courant porteur en ligne (CPL). © Noirot

Maison

Chauffage électrique : comment choisir ?

Question/RéponseClassé sous :chauffage , chauffage électrique , régulation du chauffage électrique
 

Des convecteurs aux radiateurs chaleur douce, en passant par les planchers rayonnants électriques, l'offre est particulièrement large. Tout l'enjeu consiste à se doter d'un bon niveau de confort sans se ruiner à l'usage.

Le chauffage électrique se distingue par sa simplicité d'installation, pour un faible investissement de départ dans de nombreux cas. Reste que l'électricité est une énergie chère, soumise à des hausses de prix exponentielles. La performance thermique du logement est le premier critère de rentabilité du matériel installé.

Les convecteurs

L'air ambiant pénètre dans la partie basse de l'appareil. Il se réchauffe au contact d'une résistance électrique, puis ressort en s'élevant par une grille haute. Ce mode de chauffage est très bon marché, ce qui explique sa présence dans de nombreux appartements loués. Mais l'air chaud ne se diffuse pas de manière homogène et tend à se concentrer vers le plafond. D'où une désagréable sensation de pieds froids, qui conduit à surconsommer l'électricité. Autre inconvénient, la convection assèche l'air et brasse les poussières en suspension. À utiliser en appoint, faute de mieux. 

On distingue deux types d’inertie : fluide ou sèche. La première chauffe au moyen d’une résistance plongée dans un liquide caloporteur. La seconde se fonde sur des résistances noyées dans un matériau accumulateur : céramique réfractaire, stéatite, fonte active… Encore plus performant, le concept de chaleur douce intégrale (voir schéma) combine les propriétés de l’inertie sèche et du rayonnement infrarouge. © Atlantic

Les panneaux rayonnants (ou radiants)

L’appareil intègre une plaque chauffante équipée d’un réseau de résistances électriques, que protège une grille alvéolée, une tôle perforée ou une façade en verre sécurit. À l’instar des convecteurs, les appareils cumulent prix abordables et montée rapide en température. Mais l’analogie s’arrête là. Le rayonnement, par ondes infrarouges, assure une chaleur plus harmonieuse qui se transmet à la totalité du volume de la pièce et aux surfaces environnantes. Confort permanent possible dans un logement convenablement isolé.Les radiateurs à inertie

L'inertie thermique appliquée au chauffage électrique présente de multiples avantages. Les radiateurs accumulent les calories et les restituent lentement en répartissant la chaleur uniformément du sol au plafond. Cette technologie fournit des radiateurs plus efficaces et économes en énergie que leurs concurrents, à des prix restants compétitifs. Elle assure un excellent niveau de confort dans une atmosphère non asséchante. 

Le plancher chauffant électrique

Également désigné par l'acronyme « PRÉ », c'est le top du chauffage électrique. Le système utilise une résistance blindée à dérouler ou fixer sur trame. Cette résistance est savamment répartie sur des dalles isolantes, posées au préalable sur le plancher d'origine. L'ensemble est recouvert d'un enrobage humide ou d'une chape sèche, qui reçoit le revêtement décoratif. Ainsi conçu, le « pré » convertit la surface de sol en un super radiateur rayonnant, dont la température n'excède jamais 28 °C. 

À retenir

Autre variante de l'inertie, le radiateur à accumulation se compose d'un cœur solide (briques réfractaires  souvent) qui stocke la chaleur pendant les heures creuses et la restitue lentement durant la journée. Encombrant, mais avantageux car consommant l'électricité aux heures où les tarifs sont les plus bas.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi