Maison

Sol : l'isolation du plancher d'une maison à énergie positive

Dossier - La maison à énergie positive
DossierClassé sous :isolation , Maison , énergie

Le concept révolutionnaire de maison à énergie positive vise à réaliser des bâtiments produisant, à moyen terme, plus d'énergie qu’ils n'en consomment. Rien de moins ! De quoi faire des économies et réduire son empreinte écologique.

  
DossiersLa maison à énergie positive
 

Aujourd'hui, lorsqu'il s'agit de réaliser un plancher sur vide sanitaire ou sur sous-sol, selon les critères de la RT 2005, les constructeurs privilégient les systèmes de type coffrage isolant.

Le principe du coffrage isolant repose sur un assemblage de poutrelles et d'entrevous (ou hourdis) recouvert ensuite d'une chape.

L'isolation du plancher est essentielle dans une maison. © LiliumBosniacum, Shutterstock

Les poutrelles, à treillis métallique ou en béton armé précontraint, jouent le rôle porteur à la façon des solives d'un plancher bois. Épais de 12 à 15 cm, les entrevous sont choisis en polystyrène expansé (PSE) afin d'alléger la structure et faciliter les manipulations. Les chaînages périphériques doivent être parfaits et exempts de ponts thermiques.

L'isolation du sol (donc du plancher) est un élément clé pour une maison à énergie positive. © DR

Des planchers isolants, sans déperditions thermiques

D'une manière générale, les fabricants (BPB Placo, Knauf, KPI, Rector...) avaient dépassé les exigences de la RT 2005, anticipant celles de 2010. Les planchers d'étage adoptent aujourd'hui des systèmes similaires, mais techniquement allégés.

Montage d’un plancher isolant sur vide sanitaire, avec incorporation de « rupteurs » périphériques pour supprimer les ponts thermiques. © Rector (gamme Ipseo)