Maison

Brique monomur et béton cellulaire

Dossier - La maison à énergie positive
DossierClassé sous :isolation , Maison , énergie

Le concept révolutionnaire de maison à énergie positive vise à réaliser des bâtiments produisant, à moyen terme, plus d'énergie qu’ils n'en consomment. Rien de moins ! De quoi faire des économies et réduire son empreinte écologique.

  
DossiersLa maison à énergie positive
 

Si les matériaux naturels (bois, terre cuite...) se revendiquent, à juste titre, écoconstructifs, ils ne sont pas les seuls. La brique monomur et le béton cellulaire gagnent du terrain, tout comme le bois sous forme d'ossature.

Le bois, matériau de construction ancestral, a fait ses preuves. Il revient au goût du jour via des techniques modernes à haute valeur ajoutée. D'une faible conductivité thermique, ses performances sous forme d'ossature se situent dans une bonne fourchette : 0,040 à 0,28 watt par mètre-kelvin (W/m.K) selon la nature des éléments (panneaux dérivés ou bois massif), ce qui, s'agissant des panneaux, est du niveau des isolants traditionnels (0,030 à 0,045 W/m.K pour le polystyrène, expansé ou extrudé, et les laines minérales).

Brique monomur. © DR

Brique monomur, béton cellulaire : quelle conductivité thermique ?

La brique monomur affiche en moyenne une conductivité thermique de 0,12 W/m.K, avec, à la clé, une bonne inertie thermique pour un matériau brut.

Le béton cellulaire est du même ordre : 0,14 à 0,29 W/m.K. Il se caractérise par sa structure alvéolaire, qui emprisonne dans sa masse des millions de microcellules d'air.

Du béton cellulaire. © DR

Du côté des ciments, de grands groupes industriels œuvrent à élaborer des méthodes de construction « verte » et les matériaux de demain, tel le nouveau béton fibré « Ductal ». Mis au point par Lafarge, en collaboration avec Bouygues et Rhodia, ce béton présente des performances inédites de résistance, de ductibilité (propriété d'un matériau à se déformer) et de longévité.

Comment bien isoler un mur ? © DR

Les ossatures modernes sont souvent de type composite afin, à épaisseur de mur équivalente, d'offrir des performances thermiques supérieures aux maçonneries classiques.

Une ossature bois avec un complément d’isolation par l’intérieur au moyen de panneaux haute densité. © DR

Brique monomur : une brique super-isolante

Très différente de la brique creuse classique, la brique monomur possède une structure alvéolaire verticale qui accroît sa résistance mécanique et son pouvoir isolant. Ce sont précisément ces alvéoles qui, remplies d'air inerte, contribuent à l'isolation du bâtiment.

La brique monomur. © DR

La performance thermique d'une maçonnerie en brique monomur correspond sensiblement à celle d'un mur ordinaire doublé de 10 cm d'isolant. C'est suffisant pour une construction conventionnelle mais, dans une logique d'énergie positive, un doublage isolant reste indispensable.

Source : Bio'Bric, Bouyer Leroux.