Maison

Chauffer sa maison à énergie positive et vendre son électricité (production énergétique)

Dossier - La maison à énergie positive
DossierClassé sous :isolation , Maison , énergie

Le concept révolutionnaire de maison à énergie positive vise à réaliser des bâtiments produisant, à moyen terme, plus d'énergie qu’ils n'en consomment. Rien de moins ! De quoi faire des économies et réduire son empreinte écologique.

  
DossiersLa maison à énergie positive
 

La maison à énergie positive doit être dotée des équipements qui vont produire l'énergie nécessaire aux besoins courants. Fournir le chauffage est le rôle de la pompe à chaleur (PAC), organe de commande d'une installation de géothermie active. Avec une installation performante, il est possible de produire plus d'électricité que nécessaire et de vendre l'excédent au réseau.

Appliquée à une maison individuelle, la pompe à chaleur (PAC) puise la température du sol de la propriété. Selon la configuration du terrain, on doit la chercher plus ou moins profondément au moyen de capteurs horizontaux ou verticaux.

Dernière étape dans la construction d'une maison à énergie positive : la production énergétique. © Vladeep, Shutterstock

Comment bien se chauffer ?

La PAC prélève les calories et, selon le principe de la thermodynamique, les expédie par un réseau de tubes (où circule de l'eau) à des émetteurs de chaleur : planchers chauffants ou radiateurs basse température.

Géothermie à captage vertical. © Sofath

Moyennant l'installation d'un ballon échangeur de forte capacité, elle peut aussi fournir l'eau chaude sanitaire comme une chaudière.

Géothermie à captage horizontal. © Sofath

Vendre son électricité

Quand la PAC est au repos, l'électricité prend le relais, et là, c'est au solaire photovoltaïque de jouer. Avec une installation performante — aux alentours de 2.000 watt-crête (Wc) —, il est possible de produire plus d'électricité que nécessaire et, donc, de faire du profit en vendant l'excédent au réseau. Bingo !

Les panneaux photovoltaïques desservent un boîtier abritant des générateurs d'électricité (PV-générateurs) reliés à un onduleur. Un interrupteur placé sur le circuit permet de commander la mise en service ou l'arrêt. L'onduleur est ici raccordé à un premier compteur destiné à l'énergie vendue au réseau. Un second compteur gère l'électricité servant à la consommation de la maison.

À noter que, dans le cas d'une installation très performante — 2.000 watt-crête (Wc) —, il est souvent plus rentable de vendre l'intégralité de sa production et d'acheter au réseau celle dont on a besoin.

Principe de fonctionnement d’une installation photovoltaïque. © DR

Source : Apesud.

À consulter :

  • Le rapport de synthèse « Comparaison internationale bâtiment et énergie », sur le site www.prebat.net ;
  • Les guides effinergie « Réussir un projet de bâtiment basse consommation » et « Mieux connaître le label effinergie » ;
  • « La conception bioclimatique : des maisons économes et confortables en neuf et en réhabilitation », de Samuel Gourgey et Jean-Pierre Oliva, Éditions Terre Vivante, 2006 ;
  • « Éco-conception des bâtiments », de Brunio Peuportier, Presses de l'École des Mines de Paris, 2003 ;
  • « Réglementation Thermique 2005, guide réglementaire » ; CSTB, ISBN : 978-2-86891-342-5.