Maison

L'ossature acier

Dossier - Matériaux de construction : modernité et tradition
DossierClassé sous :Maison , matériaux de construction , matériau de construction

-

Vous envisagez de faire bâtir une maison ? Alors il convient de choisir les matériaux de construction avec soin. Tour d'horizon des différentes options, traditionnelles ou modernes, de la brique à l'ossature acier, avec leurs avantages et leurs défauts.

  
DossiersMatériaux de construction : modernité et tradition
 

L'acier galvanisé a fait ses preuves sous forme d'ossatures pour cloisons sèches. De là à l'appliquer à la structure d'une maison, le pari était osé, du moins en France. Aux Etats-Unis, la technique est en usage depuis les années 80 dans l'habitat individuel.

Ossature acier. © Lev, Fotolia
Ossature acier © Maison Eco Malin

Passée la phase d'expérimentation, des architectes et promoteurs français, tels l'Atelier Thierry Roche et MCP Promotion, ont entrepris un programme ambitieux. Soutenus par un poids lourd de la filière sèche, Knauf bâtiment. Pari réussi au regard des performances énergétiques obtenues,  dans les standards de la construction passive : 30 à 50 kWh/m2 annuellement. Le succès aidant, ces pionniers ont fait école et le procédé est maintenant bien établi.

- Un concept très compétitif : la technologie du profilage-pliage autorise une grande liberté architecturale. Elle donne à l'acier une modularité et une souplesse qui n'ont rien à envier à celles du bois. Le principe constructif est d'ailleurs calqué sur celui du système MOB, avec un meilleur ratio poids/résistance favorable à de grandes portées. La structure est constituée de poteaux de section 100 x 100 mm (3 mm d'épaisseur acier), de poutres et de solives SBS de longueurs variables. Avec ses ossatures secondaires (cloisons de distribution), elle s'apparente à un squelette qui disparaît complétement une fois les parois isolées et habillées. L'un des grands avantages de l'acier est d'accepter n'importe quel type de parement : bois, brique, crépi, pierre, plaque de plâtre... On peut ainsi opter pour une maison d'aspect traditionnel ou des plus avant-gardistes

© CDS - constructiondusud.fr

Le montage des profilés, par vissage, est très rapide : la structure porteuse et la charpente d'une maison de 90 m2 peuvent être assemblées en cinq jours par trois personnes. Ce gain de temps laisse présager des conditions économiques avantageuses. Lorsque seront surmontés les préjugés tendant à assimiler la structure métal à un bâtiment industriel, la concurrence de l'acier promet d'être redoutable. Pour l'heure, difficile d'évaluer le coût moyen d'une construction à ossature acier. Il semblerait cependant, qu'à prestations égales, le prix clé en main soit actuellement de 10 à 20 % inférieur à celui d'une réalisation maçonnée.

Les enjeux environnementaux

À gauche : coulée d’acier liquide au début du processus. À doite : brame d’acier en cours de solidification en bas de la coulée continue. © Arcelor Mittal

La fabrication de l'acier nécessite une énergie considérable et cette industrie est extrêmement polluante. Sur ce point, il faudrait être angélique pour lui trouver des vertus écologiques. Et pourtant... L'acier est le matériau le plus recyclé en Europe, avec un taux supérieur à 64 % (source Ciemra). Les profilés d'ossature étant précisément issus du recyclage, ils participent d'une certaine façon à la préservation de l'environnement.  Le raisonnement peut paraître un peu tirebouchonné mais ça se tient. Par ailleurs, il convient de rappeler que les grands labels européens de la construction basse énergie (Effinergie, Minergie, Passivhaus...) préconisent l'ossature acier comme une des solutions les plus efficaces et économiques.