Tech

La reconnaissance faciale

Dossier - Tous sous surveillance ?
DossierClassé sous :télécoms , CNIL , surveillance

-

Caméras de surveillance au coin de la rue, localisation de votre téléphone par votre patron, images satellites qui montrent jusqu'au détail de votre serviette de bain, puce électronique sous la peau pour entrer au carré VIP d'une boîte à la mode... Sommes-nous tous aujourd'hui réellement sous surveillance ?

  
DossiersTous sous surveillance ?
 

Elle s'appuie sur la numérisation des points caractéristiques du visage sur la base d'une photographie, constituant ainsi un tracé géométrique personnel.

Lors du contrôle, une nouvelle photographie est réalisée, réduite elle aussi à ses points remarquables, puis comparée au gabarit mémorisé. Il existe aujourd'hui plusieurs méthodes d'analyse et de décomposition du visage en un ensemble de points spécifiques à chacun (certaines techniques utilisent la comparaison avec des « profils types »). La technique est aujourd'hui utilisée dans des univers relativement fermés (casinos, par exemple) mais pose plusieurs problèmes. Même si les logiciels d'analyse sont de plus en plus sophistiqués, un visage peut changer (barbe, moustache, lunettes) et l'image de contrôle doit être prise dans de très bonnes conditions pour être exploitable. Un changement d'angle, d'éclairage, un passage trop rapide... brouillent la prise de mesures. Non intrusive, elle peut éventuellement être utilisée à votre insu. Dans les applications à grande échelle, elle est souvent associée à des mesures complémentaires (main, par exemple).

© Gregory F. Maxwell Wikipedia

Les expérimentations menées à l'aéroport de Boston en 2002 dans le cadre de la lutte antiterroriste ont donné trop de mauvaises identifications pour être poursuivies. Des essais ont aussi été faits dans 19 États américains pour la vérification des photographies des permis de conduire. Mais le gouvernement fédéral ne s'avoue pas vaincu et les recherches continuent activement, comme l'a annoncé à l'automne 2007 le Homeland Security's Science and Technology. Si la reconnaissance faciale automatique n'est pas encore à la portée des municipalités de France et de Navarre, la montée en puissance des ordinateurs risque de changer la donne dans les prochaines années.