Tech

Messieurs les Anglais, surveillez les premiers...

Dossier - Tous sous surveillance ?
DossierClassé sous :télécoms , CNIL , surveillance

-

Caméras de surveillance au coin de la rue, localisation de votre téléphone par votre patron, images satellites qui montrent jusqu'au détail de votre serviette de bain, puce électronique sous la peau pour entrer au carré VIP d'une boîte à la mode... Sommes-nous tous aujourd'hui réellement sous surveillance ?

  
DossiersTous sous surveillance ?
 

Grâce aux nouvelles technologies, certains mettent en oeuvre des systèmes qui vont très loin. Un peu trop loin ? À vous de juger.

La ville de Middlesbrough, au nord-est de l'Angleterre, a fait la une des journaux télévisés grâce à son nouveau système de caméras de surveillance.

© Simon Tagish Wikipedia

Désormais, ces dernières ne se contentent pas d'observer, elles parlent... et réprimandent publiquement les passants qui commettent des « incivilités ». Une dizaine de caméras du centre-ville sont désormais équipées de haut-parleurs qui permettent aux policiers du centre de contrôle d'interpeller les passants : « Monsieur en noir, voulez-vous bien ramasser le papier que vous venez de jeter par terre et le mettre dans la poubelle ? » Surpris, gêné, le jeune homme obtempère rapidement, comme la plupart de ses concitoyens. « Merci, bonne journée », n'oublie pas de lui dire le policier à distance... Il paraît que la ville est beaucoup plus propre qu'avant... Quant à la criminalité générale, elle baisse un peu, mais reste bien au-dessus de la moyenne nationale ! Ben Goldacre, journaliste au très sérieux Guardian britannique a fait une expérience intéressante début 2006.

Grâce à un service Internet, il a pu suivre sa petite amie à la trace pendant toute une journée. Il lui a simplement « emprunté » son téléphone portable le temps de s'enregistrer sur le site de l'entreprise et de confirmer (par échange de deux SMS) qu'il souhaitait bien que ce portable soit localisé, service facturé quelques livres sterling sur sa carte de crédit. Ainsi, via Internet, il a pu suivre à 50 mètres près les déplacements de sa chère et tendre, journaliste comme lui, qui s'était prêtée volontairement à l'expérience. La localisation (par téléphone portable comme ici ou par GPS) ne peut être effectuée en Europe sans l'autorisation de la personne concernée, chose facile à simuler pour deux personnes vivant sous le même toit, puisqu'un échange de SMS suffit ! Un site allemand propose officiellement ce type de services pour s'assurer de la fidélité de son ou de sa partenaire. Baptisé Ehebruch - « adultère » -, www.ehebruch24.de, il permet aux internautes amoureux de ne pas prendre de risques !