Les Russes utilisent de plus en plus d'utilitaires et d'applications pour se connecter à sites d'informations étrangers. © StockSnap
Tech

Comment la population russe parvient à contourner la censure pour s'informer

ActualitéClassé sous :technologie , Internet , Conflit en Ukraine

-

De plus en plus de Russes tentent d'accéder à des sites d'informations occidentaux, qu'ils soient français, américains et britanniques. Ils utilisent pour cela des applications de type VPN, des messageries cryptées, mais aussi un service baptisé Warp qui leur permet de contourner les blocages des fournisseurs d'accès à Internet.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : comment fonctionne un réseau de téléphonie mobile ?  Chaque jour des milliers d’appels sont passés en France depuis un téléphone portable. Permettant de rester en contact facilement et presque partout, le smartphone fonctionne cependant avec un réseau de téléphonie mobile complexe. L’université de Lille 1 et Unisciel nous expliquent ses secrets en vidéo dans cet épisode de Kézako. 

Comme Google, Cloudflare n'a pas quitté la Russie, mais ce géant du web a une bonne raison de maintenir son activité. Il reste notamment sur place pour protéger les sites web ukrainiens officiels des attaques des hackers russes. Peu connu du grand public, CloudFlare se cache derrière le fonctionnement des sites Internet les plus populaires, à la fois pour ses fonctions de CDN (content delivery network), un système de cache qui permet d'accéder très rapidement à un site web quel que soit l'endroit dans le monde, mais aussi pour ses fonctions de sécurité.

Depuis le début l'invasion russe en Ukraine, Cloudflare a déjoué de nombreuses attaques et protège désormais 24 heures sur 24 les sites gouvernementaux. « Nous continuons à travailler pour protéger un nombre croissant de sites Web ukrainiens gouvernementaux, des sites d'informations, des sites bancaires, également à but non lucratif, et nous avons protégé le domaine de premier niveau ukrainien (.ua) pour aider à maintenir la présence de l'Ukraine sur Internet », explique un dirigeant de l'entreprise.

Le Top 4 des applis les plus téléchargées en Russie ne concerne que des applications pour se connecter de manière anonyme ou pour se connecter à des services censurés. © CloudFlare

Comment maintenir un lien avec l'extérieur ?

De l'autre côté de la frontière, Cloudflare a fait plusieurs observations. D'abord que le gouvernement russe a pris des mesures pour renforcer son contrôle sur les infrastructures et sur le contenu de l'Internet russe. Les autorités russes ont ainsi bloqué des sites comme Facebook, Instagram et Twitter, mais aussi des médias en langue russe basés à l'extérieur du pays.

À la suite de ces mesures, assimilées à de la censure, une partie de la population a réagi en se tournant vers des utilitaires et des applications qui permettent de maintenir un accès avec le reste de l'Internet mondial, et Cloudflare constate plus précisément que les Russes recherchent des sources d'informations non russes.

Ce graphique montre les tentatives de connexion à un grand média français depuis la Russie. La courbe explose après le début de la guerre. © Cloudflare

Une audience multipliée par cinq

Ainsi, en mars, les applications mobiles les plus téléchargées en Russie étaient des outils de type VPN, la messagerie cryptée Telegram et « Warp / 1.1.1.1 » de Cloudflare, un outil qui permet de manière confidentielle de se connecter à un serveur distant pour accéder à un site étranger.  WARP empêche les requêtes DNS d'être surveillées par les fournisseurs d'accès à Internet. « Si l'on remonte au début du mois de février, on constate que l'outil Warp de Cloudflare était peu utilisé en Russie. Son utilisation a décollé dès le premier week-end de la guerre et a atteint son apogée il y a deux semaines », révèle la société.

En analysant les statistiques d'utilisation de Warp, Cloudflare a donc constaté une augmentation de son utilisation en Russie, à partir de début mars, et la plupart des recherches concernaient de grands journaux français, britanniques et américains. Graphiques à l'appui, on constate que, depuis début mars, le trafic DNS a quintuplé par rapport aux niveaux d'avant-guerre, ce qui indique que les Russes tentent d'accéder à cette source d'informations, et donc de contourner les blocages mis en place par les autorités.

Pour en savoir plus

1920.in, le génial outil pour contourner la censure en Russie et informer la population

Proches des Anonymous, des développeurs ont créé un service qui permet à des Occidentaux d'envoyer des SMS à des Russes pour les prévenir de la situation réelle en Ukraine. Il s'appuie sur une base de données de 20 millions de numéros de mobile, et 140 millions d'adresses email.

Publié le 14/03/2022 par Fabrice Auclert

Puisque Vladimir Poutine a décidé de censurer les réseaux sociaux, mais aussi la presse locale et étrangère avec la menace d'une peine de 15 ans de prison à chaque fois que les termes « guerre » ou « invasion » sont écrits ou prononcés, comment informer la population de la réalité en Ukraine ?

Des développeurs ont eu l'idée de créer un site Internet qui permet d'envoyer des SMS de manière aléatoire à un résident russe. Le but est évidemment d'utiliser ses textos pour rendre compte de la guerre en Ukraine et de donner des informations exactes et vérifiées sur la situation.

Des dizaines de millions de destinataires possibles

Ce service s'appelle 1920.in, et il tient son nom d'une unité de pilotes polonais de la Seconde Guerre mondiale qui avait rejoint la Royal Air Force britannique pour poursuivre le combat contre Hitler après l'annexion de Pologne. Selon le Wall Street Journal, il s'appuie sur un annuaire de 20 millions de téléphones portables et de 140 millions d'adresses e-mail appartenant à des particuliers et des entreprises russes.

Le groupe Squad303, proche des anonymous, a mis la main sur cet immense répertoire, et leur petite application génère des numéros ou des emails tirés au hasard dans cette base de données. N'importe qui dans le monde peut donc envoyer un message, sans connaître le destinataire, et on peut soit écrire son propre message, à condition de l'écrire en russe, soit envoyer un texte déjà préparé.

Un numéro s'affiche et il suffit de copier le texte prérédigé pour l'envoyer depuis Whatsapp ou son application SMS. © Futura, squad303

Un message pré-écrit en russe

Si vous souhaitez participer, connectez-vous à 1920.in depuis un ordinateur ou un mobile. Une fenêtre Cloudfare se charge de protéger l'envoi, en évitant les attaques DDOS de hackers russes. Entrez le numéro que vous voyez en haut de votre écran dans votre application de SMS, puis cliquez sur le bouton « Copy text » pour copier le message déjà traduit en russe que vous allez envoyer. Depuis lundi matin, Google a bloqué la traduction des textes en russe, et vous pouvez vérifier le contenu du texte avec un autre outil, comme Deepl par exemple. Dans notre exemple, voici le message : « Chers Russes, vos médias sont censurés. Le Kremlin ment. Découvrez la vérité sur l'Ukraine sur l'internet gratuit et sur l'application Telegram. Il est temps de renverser le dictateur Poutine ! »

Il ne vous reste plus qu'à appuyer sur « Envoyer » pour atteindre votre destinataire. Pour envoyer un email, il faut se connecter sur mail.1920.in et c'est le service qui envoie le message à votre place. Pour Whatsapp, il faut se connecter à wa.1920.in.

Bien évidemment, on ne sait pas qui va recevoir le message, et si cette personne y sera sensible. On ne sait pas non plus, même si les messages sont cryptés de bout en bout sur Whatsapp, si les services russes vont les intercepter. Une chose est sûre, c'est aujourd'hui l'un des rares moyens d'alerter la population, et le groupe Squad303 célébrait dimanche le 20.000e message envoyé.

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !