Cela vous intéressera aussi

Telegram est un service de messagerie russe, qui devient de plus en plus populaire, notamment à chaque instabilité de WhatsAppWhatsApp, Facebook, MessengerMessenger ou Instagram. L'applicationapplication est gratuite et disponible pour les téléphones AndroidAndroid, iPhone (iOS) et Windows Phone. Elle existe aussi en version bureau et webweb. Créé en 2013, Telegram a été développé en langage C++. 

La sécurité est le point fort du service, qui promet des conversations avec un cryptage de bout en bout, ainsi que des fonctions capables de créer des chats « secrets » où des messages éphémères peuvent être envoyés.

Comment fonctionne Telegram ?

L'utilisateur peut utiliser Telegram pour communiquer avec ses contacts par différents types de médias, tels que le texte, l'audio, l'image, la vidéo, les émojis et les stickersstickers. L'inscription sur la plateforme se fait à partir d'un numéro de téléphone. Après validation, les utilisateurs ont accès à l'écran initial de l'application, qui affiche leur liste de contacts. 

Il est possible de créer des conversations de groupe, jusqu'à 200 000 participants, et même d'activer des bots (robots) pour effectuer certaines fonctions (commerciales notamment). Telegram vous permet également d'envoyer des fichiers de taille illimitée à d'autres utilisateurs.

Quels sont les avantages de Telegram ?

La caractéristique principale de Telegram est le système de sécurité offert aux utilisateurs : un cryptage de bout en bout pour l'envoi et la réception de messages. Ce système permet d'empêcher que le contenu partagé entre les membres du chat ne soit intercepté par quiconque, y compris les développeurs de l'application.

Un autre effort est l'engagement de Telegram à ne pas divulguer les données de ses utilisateurs à des tiers. Dans le cas de Facebook, le détenteur de WhatsApp, il y a eu des cas de fuite d'informations privées. Le plus connu est celui de la société de marketing Cambridge Analytica, accusée d'avoir utilisé la plateforme de Mark ZuckerbergMark Zuckerberg pour collecter des données illégales lors des élections américaines de 2016.