Un projet de recherche vise à optimiser l’aquaponie, une technique qui permet de combiner productions végétales hors-sol et élevage de poissons. Les résultats permettront aux professionnels de diversifier leurs activités tout en économisant la ressource en eau.
Cela vous intéressera aussi

Dans la nature, tout est bon à prendre, quand on sait bien y faire. L'aquaponieaquaponie en est un bon exemple. Cette technique ancestrale, utilisée en Amérique centrale par les Aztèques, mais aussi en Asie, consiste d'abord à récupérer les rejets des poissons d’élevage, riches en azoteazote ammoniacal et en urée. Il s'agit ensuite de les transformer via l'activité biologique de bactériesbactéries, en nutrimentsnutriments valorisables pour une production hors-sol (hydroponiehydroponie) de plantes d'intérêt économique telles que des légumes, des plantes ornementales ou encore des herbes médicinales. Après filtrationfiltration mécanique et biologique, l'eau ayant servi à nourrir les végétaux en nitrate et autres composés nutritifs est reversée dans les bassinsbassins piscicoles. Ainsi, en plus de valoriser les effluents aquacoles, la ressource n'est pas rejetée et donc économisée. 

Des équipements clés en main se vendent déjà, mais il existe peu de référentielsréférentiels scientifiques. Aussi, le projet Apiva (Aquaponie innovation végétale et aquacultureaquaculture), qui réunit différents acteurs des filières aquacole et horticole, a pour objectif de caractériser techniquement et économiquement différents systèmes aquaponiques, en eau chaude ou froide, en vue d'un transfert de la technologie vers les professionnels. À terme, des normes qui permettent un rendement optimal pourront être définies.

Un exemple de système aquaponique qui implique des tilapias (jusqu’à 10.000 poissons dans le réservoir de 5 mètres de profondeur), du cresson et des tomates. © Ryan Griffis, <em>Wikimedia Commons</em>, cc ba sa 2.0

Un exemple de système aquaponique qui implique des tilapias (jusqu’à 10.000 poissons dans le réservoir de 5 mètres de profondeur), du cresson et des tomates. © Ryan Griffis, Wikimedia Commons, cc ba sa 2.0

La technique a du potentiel dans les zones périurbaines

Les protocolesprotocoles en cours depuis plusieurs mois visent notamment à chiffrer la dépense énergétique pour le pompage de l'eau, le poste le plus coûteux de ce système. « Comme il faut une source d'énergieénergie invariable et permanente, l'énergie solaire ou éolienneéolienne apparaissent moins adaptée que l'électricité », souligne Laurent Labbé, manager du projet Apiva pour l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et directeur de la PisciculturePisciculture expérimentale Inra des monts d'Arrée, à Sizun, en France.

Il s'agit aussi d'étudier les aspects techniques des différents types de stations : va-t-on privilégier les serres ou des circuits en plein airair ? Dans ce dernier cas, vont-ils supporter le gelgel ? Faut-il ajouter des bâches ? sont quelques-unes des problématiques étudiées. Le dimensionnement, la planification de la production, l'entretien et la surveillance quotidienne de chaque système sont aussi questionnés tout comme leur impact environnemental.

Les chercheurs savent déjà que le concept fonctionne très bien pour produire des salades à l'aide de truitestruites. « Pour d'autres légumes, poursuit Laurent Labbé, nous nous penchons sur la disponibilité en certains éléments, comme le ferfer ou le potassiumpotassium et s'il faut les supplanter, en cas de carencecarence. » Des tests sont également en cours sur des plantes aromatiques, par exemple via le modèle « tilapia-basilic ».

Les résultats de ces travaux en vue de la meilleure équationéquation possible entre population de poissonspoissons, de bactéries et de végétaux intégrés à un système de production performant devraient être communiqués courant 2016 aux filières horticoles et aquacoles. « Nous sommes très attendus par les professionnels, notamment sur la rentabilité des systèmes », déclare Laurent Labbé. En cas de succès, l'aquaponie s'adapterait bien en zone périurbaine où elle génèrerait de l'activité économique et des emplois.