Le réflexe de parler avec les mains remonterait à l’époque où nos ancêtres étaient des poissons. En effet, il semblerait que chez ces animaux aquatiques, la même région du cerveau contrôle le mouvement des nageoires pectorales et la communication. Après des centaines de millions d’années d’évolution, le lien entre les deux serait toujours prégnant.

Certes, les poissons ne parlent pas. Cela ne les empêche pas de communiquer. Et cette aptitude siégerait dans une région du cerveaucerveau également connue pour jouer un rôle dans le mouvementmouvement des nageoires pectorales, qui, avec l'évolution, sont devenues des membres antérieurs chez les vertébrésvertébrés terrestres. Voilà peut-être pourquoi nous parlerions avec nos mains...

Le contexte : on parle avec les mains, même dans le noir

Nous ne nous en rendons pas toujours compte, mais nous associons souvent le geste à la parole. Certains d'ailleurs plus que d'autres. Une preuve ? Il suffit d'observer quelqu'un en train de téléphoner : bien que son interlocuteur ne puisse le voir, les mains roulent et tournent dans tous les sens. Est-ce parce que l'on en a pris l'habitude ?

Probablement pas. Ce couplage des deux événements serait plutôt inné. En 1998, une publication dans Nature révélait que même les aveugles de naissance s'exprimaient entre eux avec les mains. Ni l'expéditeur ni le receveur du message ne voyaient cette agitation manuelle, et aucun des deux n'y avait assisté ne serait-ce qu'une fois dans sa vie.

Pourquoi le faisons-nous ? La question reste ouverte, mais des scientifiques de l'université Cornell, dirigés par Andrew Bass, pourraient apporter un début de réponse crédible. D'après leurs recherches, parues dans Pnas et explicitées lors du congrès de la Society for Experimental Biology qui s'est tenu cette année, tout cela proviendrait du cerveau de nos ancêtres poissonspoissons, qui concentraient cette même activité dans une seule et même région du cerveau.

Il est fréquent de parler avec les mains. Bien qu'on ne connaisse pas encore la réelle utilité pour le langage, on sait peut-être d'où cela nous vient. © Wikimania2009, Wikipédia, cc by 2.0

Il est fréquent de parler avec les mains. Bien qu'on ne connaisse pas encore la réelle utilité pour le langage, on sait peut-être d'où cela nous vient. © Wikimania2009, Wikipédia, cc by 2.0

L’étude : une région unique dans le cerveau des poissons

L'idée est partie du constat que la plupart des vertébrés, y compris aquatiques, peuvent communiquer par des vocalisations. En parallèle, des études menées sur ces animaux en développement suggèrent que cette aptitude se trouve régulée au niveau du rhombencéphale, région postérieure du cerveau qui se compose du cerveletcervelet, du pont et du bulbe rachidien. Cela sous-entend dans un premier temps que la capacité de communiquer par des sons est un caractère ancestralcaractère ancestral qui nous vient tout droit des poissons.

D'autre part, cette même zone du cerveau régit également la motricité des régions pectorales, depuis une époque où les vertébrés n'avaient pas encore posé pied à terreterre. Autrement dit, chez nos ancêtres poissons, vocalisations et mouvement des nageoires pectorales se retrouvaient contrôlés au même endroit. Aujourd'hui encore, certains de ces animaux marins agitent à toute vitessevitesse leurs nageoires dans le but de communiquer.

À la lumièrelumière de ces données, les chercheurs émettent donc l'hypothèse que c'est grâce à ce lien entre les deux événements qu'aujourd'hui, bon nombre de vertébrés supérieurs, surtout les oiseaux et les mammifèresmammifères, associent le son au mouvement des membres antérieurs, les appendices pectoraux des tétrapodestétrapodes. Chez nous, c'est le geste et la parole.

L’œil extérieur : après le comment, le pourquoi

Sans aller jusqu'à expliquer que les mécanismes sont les mêmes chez l'Homme et chez le poisson, cette réflexion suggère que l'évolution réserve parfois de drôles de surprise et associe des éléments qui, en apparence, ne semblent pas intimement liés. Tout serait parti de l'époque où nos ancêtres peuplaient les océans, et le caractère aurait certes évolué, mais serait toujours présent.

Aujourd'hui donc, reste à déterminer l'importance que jouent les mains dans le langage. Si l'on sait que notre corps est un réel outil de communication, par l'expression du visage ou la position dans l'espace par exemple, comment interprète-t-on le gigotement des mains ? Le message passe-t-il mieux que si l'on reste immobile ? Si le couple perdure depuis tant de millions d'années, c'est peut-être parce qu'il revêt un intérêt.