Vendu 99 euros à partir du 30 mars, le nouveau Nest Hub propose une fonction pour surveiller vos nuits, avec un capteur de mouvements, ce qui en fait un radio-réveil ultra-évolué. Pour l'instant, cette option est gratuite mais elle devrait être payante en 2022.

Comme Facebook avec son Portal, GoogleGoogle continue de croire dans les cadres connectés, et la marque annonce l'arrivée de son nouveau Nest Hub pour le 30 mars prochain. Comme son grand frère, c'est essentiellement une enceinte connectéeenceinte connectée avec un écran de 7 pouces, vendue 99 euros.

Une sorte de Google Home physiquephysique puisqu'il peut contrôler les objets connectés (ampoules, Chromecast, etc.), lire des musiques de Spotify, Apple Music et des vidéos de YouTubeYouTube, il peut également se transformer en cadre photo numériquenumérique et, bien sûr, obéir aux ordres de Google Assistant. Le tout avec du Wi-Fi et du BluetoothBluetooth ; Google promet un meilleur son, notamment au niveau des basses.

 Le Nest Hub est un radio-réveil évolué. © Google
 Le Nest Hub est un radio-réveil évolué. © Google

Un capteur surveille vos ronflements, vos mouvements…

Mais ce qui est intéressant, c'est que Google annonce que l'appareil dispose désormais d'une fonction de surveillance du sommeilsommeil. Ce qui signifie du même coup qu'il va quitter le salon ou la cuisine pour se placer sur une table de nuit et, toutes lumièreslumières éteintes, il va donc surveiller votre sommeil.

Comment s'y prend-il ? Pour cela, il intègre notamment le capteur Soli, déjà vu sur le Pixel 4 pour la reconnaissance faciale et la détection des mouvementsmouvements. Cette fois, et après une étape de réglages, le radar va enregistrer toute l'activité nocturnenocturne, comme les mouvements, la respiration, mais aussi éventuellement la toux. Google précise que c'est une option à activer et que, par défaut, l'appareil ne surveille pas vos nuits.

Avant cela, la luminositéluminosité de l'écran diminue pour faciliter le sommeil, tandis que la page « Votre soirée » permet de régler l'alarme du réveil, de contrôler les éclairages connectés et de diffuser des sons relaxants pour vous aider à vous endormir. Quand il est l'heure de se réveiller, la luminosité de l'écran augmente et l'alarme retentit progressivement. Grâce au capteurcapteur Soli, pas besoin d'appuyer sur l'écran pour éteindre l'alarme puisqu'il suffit d'agiter la main pour la mettre en pause.

Pour les recettes de cuisine, le cadre affiche YouTube, et grâce au capteur de mouvements, plus besoin de mettre les doigts pleins de farine sur l'écran. © Google
Pour les recettes de cuisine, le cadre affiche YouTube, et grâce au capteur de mouvements, plus besoin de mettre les doigts pleins de farine sur l'écran. © Google

Une option payante en 2022

Une fois levé, si cela vous intéresse, on accède alors aux données, semblables à celles que peut collecter une montre connectéemontre connectée. Google précise d'ailleurs que l'on peut aussi retrouver ces données dans l'applicationapplication Google Fit, ainsi que les applications de santé et de fitnessfitness compatibles. À ceux qui s'inquiètent des enregistrements effectués la nuit, comme les ronflementsronflements, Google explique que les données audio sont traitées uniquement par l'appareil, et qu'elles sont effacées ensuite. De la même façon que l'utilisateur peut désactiver le micro ou même demander à effacer toutes les données enregistrées par l'appareil.

La vraie surprise, c'est d'apprendre que cette fonction Suivi de sommeil sera « disponible sans frais jusqu'à l'année prochaine ». Il faut donc en déduire qu'elle deviendra ensuite payante, et comme Google évoque une intégration dans Fitbit Premium, ce sera sans doute inclus dans l'abonnement, disponible actuellement pour 80 euros par an.

Après quelques nuits, l'appareil vous propose des conseils pour mieux dormir. © Google
Après quelques nuits, l'appareil vous propose des conseils pour mieux dormir. © Google