Cela vous intéressera aussi

Le ronflement résulte du relâchement des muscles de l'arrière-gorge, du voile du palais, de la luette et de la langue durant le sommeil profondsommeil profond. Cet affaissementaffaissement obstrue partiellement les voies aériennes et lors de l'inspiration, l'airair fait vibrer le pharynxpharynx qui émet alors un bruit de ronflement. Celui-ci va d'un léger bruissement autour de 40 dB (lave-vaissellelave-vaisselle) à un son pouvant atteindre 90 dB, soit le bruit d'un poids lourd sur une autoroute. Selon les individus, le ronflement peut être passager, intermittent ou régulier. On dit qu'un ronfleur régulier est atteint de ronchopathie.

Ronflement : qui est concerné ?

On estime que 40 % des plus de 50 ans ronflent de manière régulière. Les plus âgés, dont les muscles ont tendance à se relâcher, sont en effet plus touchés. Les hommes sont aussi plus concernés que les femmes, semble-t-il pour des raisons anatomiques (pharynx plus étroit) et physiologiques (la progestéroneprogestérone produite pas la femme avant la ménopauseménopause jouerait un rôle préventif sur la perte de tonus de la gorge).

Le ronflement touche davantage les hommes et les seniors. © Jenny Sturm, Fotolia
Le ronflement touche davantage les hommes et les seniors. © Jenny Sturm, Fotolia

Les facteurs favorisant le ronflement

Outre les congestions transitoires (rhume, allergieallergie...), qui obstruent les voies respiratoires, le ronflement peut être lié à un problème anatomique, comme une déviation de la cloison nasaledéviation de la cloison nasale, une affection ORL ou des amygdales volumineuses. D'autres facteurs sont susceptibles de déclencher les ronflements :

Ronflement : quelles conséquences ?

Dans la plupart des cas, le ronflement n'a pas de conséquences directes sur la santé, mis à part les désagréments pour le conjoint ou la conjointe. 26 % des Français concernés estiment tout de même même que les ronflements ont des répercussions sur leur vie de couple.

Néanmoins, dans 4 % des cas, les ronflements sont liés à une apnée du sommeil ou syndromesyndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil (SAHOS), qui se caractérise par un arrêt intermittent de la respiration pouvant aller jusqu'à 30 secondes et se répétant une centaine de fois par nuit. Dans ce cas, les répercussions peuvent être graves, avec une fatigue chronique, des troubles de l'humeur, des difficultés de concentration, un risque plus élevé d'accidentaccident de voiturevoiture et à terme, une surmortalité notamment par maladie cardiovasculairemaladie cardiovasculaire.