Santé

Envie d'une sieste ? Le coupable est le glucose !

ActualitéClassé sous :vie , sieste , assoupissement

Vous venez de sortir de table et vous vous sentez gagné par une irrépressible envie de dormir ? N'ayez pas honte de céder facilement à l'appel de la sieste, c'est une réaction biologique des plus naturelles !

Envie d'une sieste ? N'ayez pas honte, c'est à cause du glucose ! (Crédits : www.martinica.org)

Les neurones à orexines

Selon une équipe de chercheurs, qui vient de publier les résultats de ses travaux dans le journal Neuron, la sensation d'assoupissement qui suit les repas est due à la présence d'un fort taux de glucose dans le sang. « Il est connu depuis fort longtemps que les humains et les animaux se sentent fatigués et sont moins actifs après avoir mangé, mais le rôle joué par le cerveau était encore mal compris. »

Denis Burdakov et ses collègues de l'université de Manchester ont étudié les neurones à orexines, situés dans l'hypothalamus. Ces cellules sont connues pour jouer un rôle important dans l'éveil et l'inhibition du sommeil paradoxal. Ainsi, ces neurones sont plus actifs de jour que de nuit, et leur mauvais fonctionnement peut entraîner une narcolepsie. « Nous pensons que les neurones à orexines s'assurent de notre état d'éveil et nous alertent quand nous avons faim », explique Burdakov.

Envie d'une sieste ?

Des recherches antérieures avaient déjà montré que le glucose pouvait inhiber les neurones à orexines. En exposant ces cellules à des taux de glucose variables, correspondant à ceux présents dans le sang aux divers moments de la journée, l'équipe de Denis Burdakov a obtenu des résultats intéressants. « Nous avons découvert que ces neurones peuvent être désactivés par de petites élévations du taux de glucose, comme celles intervenant suite à un repas ».

Ainsi, selon les chercheurs, l'effet inhibiteur du glucose sur les neurones à orexines pourrait expliquer pourquoi nous nous assoupissons facilement après nous être restaurés, et pourquoi la faim nous empêche de trouver le sommeil : plus le taux de glucose dans le sang est faible, plus les neurones sont actifs.

La prochaine étape : mieux comprendre comment les neurones à orexines interagissent avec les parties du cerveau qui régulent l'appétit. Mais avant d'en savoir plus, une petite sieste s'impose...

Cela vous intéressera aussi