Sciences

Toxicité de l'étain

Dossier - Métal : tout savoir sur l'étain
DossierClassé sous :chimie , tableau périodique des éléments , Matière

L'étain est un élément rare et l'un des plus vieux connus, au moins depuis l'Antiquité. Ce métal gris argenté est, avec le cuivre, l'un des ingrédients du bronze. Zoom sur ses propriétés chimiques, ses alliages mais aussi son utilisation et sa toxicité.

  
DossiersMétal : tout savoir sur l'étain
 

L'étain présente plusieurs sortes de toxicité : pour la santé (le triéthylétain est la substance la plus dangereuse) et pour l'environnement mais aussi pour les composants électroniques (avec les whiskers).

L'étain a des effets toxiques sur la santé et l'environnement (notamment les poissons). © PublicDomainPictures, Pixabay, DP

Santé : toxicité de l'étain

Les liaisons étain-produit organique sont les plus dangereuses ; ces combinaisons sont utilisées dans l'industrie de la peinture, du plastique et des pesticides. Le nombre d'applications ne cesse d'augmenter. Le triéthylétain est la substance la plus dangereuse. On peut absorber des composés à base d'étain par la nourriture, en respirant et par contact.

Les effets immédiats sont : irritations des yeux et de la peau, maux de tête ou d'estomac, nausées, transpiration, dyspnée, etc. Les effets à long terme sont : dépressions, dommages au foie, dysfonctionnement du système immunitaire, altération des chromosomes, carence en globules rouges, dommages au cerveau.

Effets de l'étain sur l'environnement

La forme toxique de l'étain est la forme organique qui peut rester dans l'environnement pendant de longues périodes. La concentration de ces composés ne cesse d'augmenter ; ces derniers peuvent se diffuser dans l'eau et sont toxiques pour les algues et le phytoplancton.

Le tributylétain est plus toxique pour les poissons, tandis que le triphénylétain est plus toxique pour le phytoplancton.

L'exposition a lieu dans la couche supérieure de l'eau, car c'est là que les composés organiques de l'étain s'accumulent.

Source : www.lenntech.com.

Les whiskers d'étain 

De nombreux métaux, dont l'étain et le zinc, produisent des whiskers (excroissances) qui se forment spontanément sur les revêtements electrodéposés en métal. Connus depuis longtemps, ils engendrent des courts-circuits dans l'équipement : stimulateurs, satellites, centrale nucléaire. Ils peuvent être évités en ajoutant du plomb mais cet usage n'est plus acceptable. Les défaillances se produisent lorsque les whiskers sont longs et seuls les circuits électroniques fins sont vulnérables.

L'étain est électrolysé sur le cuivre et le taux de diffusion du cuivre sur l'étain est plus rapide que l'inverse. Des composants en cuivre-étain se forment dans l'étain et le nombre d'atomes sur le revêtement en étain augmente. Puisque le volume n'a pas changé pour contenir les atomes supplémentaires, il en résulte une contrainte qui provoque la sortie de l'étain sous forme de whiskers. Cependant, d'autres facteurs favorisent la formation des whiskers, par exemple l'expansion thermique.

Source : Le risque des whiskers d'étain sur les composants électroniques sans plomb. Article écrit pour le site Internet Farnell.