Sciences

La cage du miroir secondaire

Dossier - Se construire un télescope de voyage : le Strock-250
DossierClassé sous :Astronomie , télescope , lunette

-

Vous aussi, construisez un télescope portable, le Strock-250, que vous pourrez emmener en vacances pour profiter des nuits étoilées ! Le matériel nécessaire, les plans et des conseils de montage sont détaillés dans ce dossier.

  
DossiersSe construire un télescope de voyage : le Strock-250
 

Pour l'assemblage au niveau de la cage du miroir secondaire du télescope de voyage Strock-250, voici des indications détaillées sur la fixation haute des tiges, le passe-filtre ou encore le porte-oculaire.

Galaxie AM 0644-741. © NASA, ESA, and The Hubble Heritage Team (AURA/STScI), Wikimedia commons, DP

La cage hexagonale

Tailler à la scie sauteuse à 45° et légèrement au-delà de la cote de longueur les huit facettes. Pour les clouer sans risque pour le bois des octogones, on trace la position de l'âme des octogones sur la face interne. On perce en clouant de l'intérieur avec un clou de plus petit diamètre (ou un tout petit foret), puis on retire le clou. Le prétrou est alors parfaitement positionné et orienté.

Pour le montage, on assemble provisoirement les deux diaphragmes octogonaux sur des cales de 55 mm d'épaisseur. On colle et cloue d'abord les quatre petites faces déjà équipées de leur vé de serrage (pièce en forme de M). Après séchage, on ponce les débordements à ras, tangents aux octogones. On pose ensuite les quatre grandes faces de même, et enfin on retire les cales.

Plan de découpe et d'accastillage de la cage du secondaire. © P. Strock.

Pour le rangement, selon la hauteur de pose de la cage du secondaire et selon les dimensions du pan coupé de la caisse du primaire, il peut y avoir besoin de découper et d'ajuster le bas de la face opposée au porte-oculaire.

La fixation haute des tiges

Le serrage des tiges de la structure est assuré par un mors réalisé avec une cornière en aluminium. Investir dans de gros boutons moletés. Il faut un serrage fort et il faut pouvoir les desserrer sans outil.

Faire un chanfrein à la base des mors pour faciliter l'insertion des tiges. Si l'on n'est pas confiant dans le taraudage direct dans la cornière, on peut réaliser le filetage, comme dessiné, avec un insert fileté collé à l'époxy dont on aura abattu les pointes. L'angle de la cornière doit être précisément posé sur l'angle de la pièce de bois en forme de M pour interdire toute rotation du mors.

Le passe-filtre

La découpe de passage du passe-filtre dans la cage du secondaire peut être faite au rasoir ou à l'aide d'une miniperceuse équipée d'une fraise et guidée sur une règle. La fente permet juste à la plaque sans filtre de glisser hors de la cage, mais si les filtres sont collés à demeure, on peut aussi tailler une des ouvertures en conséquence.

Les glissières sont réalisées avec un profilé en U de magasin de modélisme. Elles sont collées à l'époxy sur les deux octogones au ras de l'ouverture circulaire.

Il est nécessaire d'avoir un peu de frottement ou un très léger cliquet pour tenir les filtres en position. On propose ici d'adapter le ressort d'une petite pince de serrage. Ce n'est pas idéal, mais c'est plus simple à réaliser qu'un dispositif de cliquet à bille.

Montage de la cage du secondaire et détail du passe-filtre. © P. Strock.

Pour fixer les filtres, on peut récupérer des pas de vis sur de vieux oculaires ou de vieux filtres. Tout est alors inclus et collé dans l'épaisseur de la plaque. Plus simplement, les filtres sont maintenus par des points de colle silicone.

Le porte-oculaire

Le porte-oculaire hélicoïdal. © P. Strock.

Le porte-oculaire doit peser moins de 100 g pour le bon équilibre du tube optique. À défaut de faire tourner sur mesure puis anodiser en noir le modèle à cabestan proposé ici, il existe un modèle hélicoïdal de seulement 60 g chez KineOptics.