Sciences

Construire la structure du Strock-250

Dossier - Se construire un télescope de voyage : le Strock-250
DossierClassé sous :Astronomie , télescope , lunette

-

Vous aussi, construisez un télescope portable, le Strock-250, que vous pourrez emmener en vacances pour profiter des nuits étoilées ! Le matériel nécessaire, les plans et des conseils de montage sont détaillés dans ce dossier.

  
DossiersSe construire un télescope de voyage : le Strock-250
 

Nous arrivons à la dernière phase de la construction du Strock-250 : l'assemblage de la structure. Pour cela, il faut utiliser des tiges de carbone, et prévoir une protection pour éviter l'entrée de lumière directe dans le porte-oculaire.

Mars vue sur Valles Marineris. © NASA, Wikimedia commons, DP

Les tiges

La légèreté du secondaire et la rigidité du carbone permettent de relier la caisse du primaire et la cage du secondaire avec des tiges de carbone de seulement 6 mm. Des tiges de ce diamètre sont flexibles. On le met à profit en cintrant les tiges, si bien qu'il n'y a pas besoin de serrage en partie basse. Les frottements que procure l'arc-boutant des tiges suffisent.

Couper les tiges à la même longueur au millimètre prêt. Il n'y a aucune nécessité de repérer les tiges. La collimation s'arrange des petits écarts de longueur. Pour bien couper : il faut serrer fortement la ligne de coupe avec de l'adhésif et utiliser un disque à tronçonner sur miniperceuse (à défaut : une scie neuve à denture très fine sans appuyer). On termine au papier de verre superfin dans le sens des fibres.

La butée de profondeur sur la caisse du primaire est assurée par le collage d'une bague à la bonne hauteur (gaine thermorétractable, adhésif, tube alu, etc.) ou par la mise en place d'un triangle de bois quelques centimètres en dessous des fixations basses des tiges.

Les extrémités hautes des tiges seront serrées fortement. Pour résister à l'écrasement, on y loge une bourre de coton et on remplit de colle époxy sur 3 cm.

Pour les besoins du transport aérien, on coupe les tiges en deux parties à peu près égales. L'assemblage se fait avec deux tiges filetées collées bien droit à l'époxy dans la tige. On réunit les deux parties sur un manchon fileté. On peut renforcer le bord coupé du carbone en le baguant avec un petit tube mince. 

Certains accessoires d'archeries peuvent fournir des alternatives intéressantes pour ce raccord.

Le baffle minimum

Découpe du baffle minimum. Il est assez compact pour être stocké sous la caisse du primaire. © P. Strock.

Il faut au minimum une protection contre les entrées directes de lumière dans le porte-oculaire en provenance du ciel. Un morceau de plastique noir qui s'enfourche et s'arcboute sur les branches de l'araignée fait l'affaire. Sa taille lui permet de se ranger sous la caisse du primaire.