Sciences

Le barillet à neuf points et les leviers de collimation

Dossier - Se construire un télescope de voyage : le Strock-250
DossierClassé sous :Astronomie , télescope , lunette

-

Vous aussi, construisez un télescope portable, le Strock-250, que vous pourrez emmener en vacances pour profiter des nuits étoilées ! Le matériel nécessaire, les plans et des conseils de montage sont détaillés dans ce dossier.

  
DossiersSe construire un télescope de voyage : le Strock-250
 

Il s'agit d'un barillet à neuf points, mais les vis de collimation y sont remplacées par deux leviers. Ce qui permet le réglage par l'avant. De plus, les leviers sont enterrés dans la planche de fond de la caisse du primaire, ce qui place le miroir au plus bas pour mieux équilibrer le tube optique.

Galaxie NGC 7250. © ESA/Hubble & NASA, Wikimedia commons, CC by 4.0

Les leviers de collimation

Les leviers sont formés de deux carrés d'aluminium emboîtés pour plus de rigidité et pour bien loger les billes. La procédure à respecter est la suivante : poncer le carré de 6 x 6 mm au papier de verre grossier et casser les arêtes. Adoucir la surface au papier de verre 400 et à la paille de fer. L'insérer doucement dans la barre de 8 x 8 mm. Au moindre frottement, ressortir doucement et continuer de faire maigrir la barre.

Le levier pivote librement, mais sans jeu, sur son axe fait d'une simple tige. Celle-ci est encollée à l'époxy dans une rainure afin d'affleurer la planche du fond. À l'horizontale, le levier dépasse de la surface du bois d'un millimètre.

Schéma du barillet à réglage par le dessus. © P. Strock.

La vis de réglage de collimation assure un débattement du levier de ± 2 mm. L'écrou de cette vis est libre, mais finement calé en rotation dans le bout 8 x 8 mm du levier. L'écrou est ajusté à la lime en largeur, et sur le dessus qui doit être légèrement bombé. Une fois le montage au point, rien ne doit dépasser sous la caisse. En toute fin, il faut écraser l'extrémité du filetage pour ne pas risquer de perdre l'écrou.

Deux petits morceaux de clé Allen, collés au bout de deux tiges de 40 cm, permettent de manœuvrer la collimation par l'avant sans que l'œil quitte l'oculaire. Ces tiges doivent être guidées et maintenues en place par un élastique fort (joint torique) fixé par une patte ou un piton de l'extérieur de la caisse.

Les triangles du barillet

Les centres des trois triangles en aluminium sont percés et posent simplement sur le sommet des billes d'acier. Il faut toutefois marquer la portée de ce roulement à billes simpliste en pressant fortement la bille contre le perçage avec un étau. La bille va s'y enfoncer de 1 à 1,5 mm. Les billes sont enfoncées de la moitié de leur diamètre dans le bois ou dans les leviers préalablement percés avec précision. Elles y sont collées à l'époxy.

Les points de contact avec le miroir sont matérialisés par les têtes sphériques de clous en laiton. Sur chaque triangle, on conserve la pointe d'au moins deux clous sur trois pour assurer leur blocage en rotation. Ces clous ne sont pas collés et peuvent débattre librement. Il faut les ajuster en longueur pour qu'ils ne dépassent pas sous la caisse et qu'ils ne sortent pas de leurs tubes de guidage dans toutes les positions de collimation.

Le miroir doit se trouver à cinq (voire six) millimètres au-dessus de la planche du fond. On le vérifie en faisant passer des forets de différents diamètres sous le miroir.