Cela vous intéressera aussi

Le terme « recombinaison » s'emploie dans des domaines divers, comme la génétiquegénétique et la cosmologiecosmologie.

Génétique

La recombinaison est un échange d'information génétique (brin d'ADN) entre deux secteurs différents du génomegénome. Un exemple fréquent se déroule lors de la méioseméiose entre chromosomes homologueschromosomes homologues (crossing over).

Cosmologie

La recombinaison en cosmologie est la période très ancienne de l'universunivers où la température a suffisamment baissé pour permettre la formation d'atomesatomes neutres.

La date avancée depuis les dernières données de WMap est de 380.000 ans après le Big Bang, lorsque la température était d'environ 3.000 degrés. À ce moment-là, l'univers n'est plus opaque au rayonnement et les photonsphotons peuvent se déplacer sur de longues distances avant d'être absorbés ou diffusés par la matièrematière. Les photons de cette époque existent toujours, ils forment le fameux rayonnement fossilerayonnement fossile possédant un spectrespectre de corps noircorps noir, dit spectre de PlanckPlanck.

Le terme recombinaison est évidemment impropre, c'est peut-être un vestige de la théorie du Big BangBig Bang de Gamow. Dans celle-ci, l'univers « commençait » par un gazgaz dense et chaud de neutronsneutrons se désintégrant rapidement par radioactivitéradioactivité bêta pour donner les protonsprotons et les électronsélectrons du cosmos. Ultérieurement, étant recapturés par les protons pour former des atomes, il s'agissait effectivement d'une recombinaison.

C'est le début des Âges sombresÂges sombres, car aucune étoileétoile n'existe encore. Cela prendra fin avec la « renaissance cosmique », au cours de la réionisationréionisation.