Sciences

Dossier : la nutrigénomique, lien entre notre assiette et nos gènes

ActualitéClassé sous :Vie du site , génome , Nutrition

Découvrez le dossier « La nutrigénomique dans votre assiette ». À l'heure où les problèmes nutritionnels se développent dans nos sociétés, la nutrigénomique, une discipline naissante, tente d'y trouver des explications et de développer des solutions en se concentrant sur les interactions entre le génome et les nutriments.

Une meilleure connaissance des interactions entre patrimoine génétique et nutriments sera peut-être une des clés vers une alimentation plus adaptée pour chacun. © DR

Alimentation toujours plus grasse, perturbation des rythmes des repas, sédentarisation et réduction de la part de l'exercice physique dans le quotidien... Les facteurs sont nombreux pour expliquer les perturbations métaboliques et la pandémie d'obésité qui frappent le monde. En 2010, près d'un milliard et demi de personnes étaient obèses. En marge de ces difficultés, l'Homme améliore de jour en jour ses connaissances dans le domaine de la génétique.

 

Formatés par une société qui accorde une place prépondérante au bien-être physique et psychique et qui nous incite à prendre soin de notre apparence physique, nous sommes paradoxalement en présence d'un monde graduellement gagné par l'obésité. La progression de la prévalence de l'obésité et des maladies qui lui sont associées constitue en effet l'un des problèmes de santé majeurs à l'échelle planétaire. Simple effet médiatique de ces dernières décennies ? Il semblerait que non.

 

La progression de la pandémie d'obésité et des pathologies qui lui sont associées pointe du doigt l'inadéquation entre les régimes alimentaires modernes et notre patrimoine génétique. Les informations recueillies grâce aux découvertes archéologiques sur la nutrition au Paléolithique et aux études sur des populations actuelles de chasseurs-cueilleurs suggèrent que l'optimisation des interactions « nutrition-génome » chez l'humain au cours de son histoire naturelle s'est essentiellement déroulée dans le contexte d'une diète dont les apports en vitamines, minéraux essentiels et variétés de graisses différaient significativement de ceux de l'alimentation moderne.

 

Face à cette « crise énergétique » de surabondance, l'Homme ne peut raisonnablement tirer bénéfice d'un retour vers des modèles de société et de quêtes nutritionnelles ancestrales. Il est donc du ressort de l'innovation sociale et du progrès scientifique de trouver les solutions aux problèmes de l'alimentation et de la « malbouffe ».

 

L'étude des interactions entre nutriments et gènes doit faire face à une complexité engendrée par la diversité génétique entre les êtres humains, les innombrables mécanismes métaboliques avec lesquels il est possible d'interférer ainsi que la complexité de l'alimentation.

 

La nutrigénomique est une discipline en devenir. Son application à large échelle dépendra de l'amélioration des outils technologiques permettant de gérer la complexité à la fois de l'alimentation (composition qualitative et quantitative en ingrédients) et des logiciels pour le traitement des données et l'analyse intégrée des résultats. Désignés par le terme de « technologies omiques », ces outils visent à définir et à caractériser des « signatures alimentaires » globales, reflétant l'action des nutriments sur les gènes responsables des équilibres métaboliques. Avec de nombreuses applications potentielles.

 

Les perspectives qu'offre la génomique nutritionnelle dans le domaine de la santé s'étendent de la prévention à la thérapie. En effet, l'essentiel du potentiel de la recommandation de nutriments intervient dans le maintien de la santé et dans les phases précoces du développement de la maladie, soit pour prévenir l'apparition de symptômes, soit pour en freiner la progression et promouvoir un retour à l'état de santé.

 

Comme toute science émergente, la nutrigénomique soulève des problématiques éthiques et légales. Elle touche à des sujets déjà au cœur du débat bioéthique, comme l'acquisition et la divulgation des informations génétiques, les directives concernant les études impliquant des êtres humains volontaires, le droit d'inclure des enfants dans les études, ou encore l'expérimentation animale.

 

Soucieux de contrôler son évolution sociale et mû par un désir avide de connaissances et une volonté d'améliorer ses conditions de vie, l'Homme a fondé une société promulgatrice du progrès scientifique. C'est dans ce milieu qu'il est susceptible de résoudre ses problèmes avec son environnement, en particulier son environnement nutritionnel.

 

Pour aller plus loin, à découvrir aux éditions De Boeck, le livre de l'auteur : La nutrigénomique dans votre assiette.

 

Cela vous intéressera aussi