Sciences

Le sol brillant de Mars embarrasse les scientifiques

ActualitéClassé sous :Univers , mars , Spirit

Les scientifiques sont intrigués par les nouvelles données transmises depuis la planète Mars par les explorateurs robots, qui montrent un sol martien saturé de soufre et de traces de glace d'eau.

Se trouvant alors à l'est de la colline McCool, faisant partie des Monts Columbia en 2006, le robot Spirit a dégagé la plus grande concentration de sol brillant découverte jusqu'ici au cours de la mission. Cette image a été prise le 22 mars 2006.

Tout en creusant autour des monts Columbia l'année dernière, Spirit avait dégagé un matériau de tons blancs et jaunes particulièrement brillant, formant une couche régulière sous le sol rougeâtre habituel. Cette matière est riche en soufre et se compose de sels de sulfate associés avec du fer et probablement du calcium.

"Ces sels pourraient avoir été concentrés par le liquide hydrothermique ou par de la vapeur dégagée par les rochers locaux", déclare Albert Yen, géochimiste au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA, et membre de l'équipe scientifique en charge des rovers martiens.

Les chercheurs tentent actuellement de découvrir d'autres traces brillantes identiques afin de percer le secret de leurs origines. "Si nous les découvrons le long des ruptures de terrain, cela suggérerait qu'elles ont été déposées par des courants aériens il y a très longtemps", annonce Ray Arvidson, de l'université de Washington et un des principaux dirigeants de la mission rovers. "Mais si nous les découvrons entre les collines, cela indiquerait qu'il s'agit de dépôts laissés par des écoulements d'eau souterraine ayant jailli en surface", poursuit-il.

En attendant, de l'autre côté du globe martien, le robot jumeau Opportunity explore le cratère Victoria, une immense cuvette de 800 mètres de diamètre. Les images qu'il transmet montrent les couches successives de roches composant le sol, telles qu'elles ont été dégagées dans le passé par une météorite tombée à cet endroit.

"Ces images sont stupéfiantes", déclare Steve Squyres de l'université de Cornell, membre de l'équipe scientifique. "Le moindre promontoire ou escarpement que nous apercevons retrace toute l'histoire de Mars, écrite par les vents martiens au cours des temps."

Ces couches sont également abondantes en grès et en soufre et suggèrent elles aussi une période humide dans le passé de la Planète rouge.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi