Sciences

Cassini-Huygens envoie les premières images de Titan

ActualitéClassé sous :Univers , Cassini , huygens

-

La sonde Cassini-Huygens a survolé sans encombre Titan et s'en est approchée à seulement 1200 km à une vitesse d'environ 21.800 km/h. Près de 500 images de la lune ont été acquises et de nombreuses autres données ont été recueillies par un des radiotélescopes du réseau de surveillance de l'espace lointain de la NASA (Deep Space Network) situé à Madrid en Espagne. Ces transmissions entre la Terre et la sonde se poursuivront cette nuit et demain matin.

D'ores et déjà les scientifiques se déclarent tous enchantés par ces premières images qui révèlent de nombreux détails de la surface de Titan. Des données importantes provenant du radar et du spectromètre de Cassini sont également en cours de traitement et contribueront grandement à mieux comprendre sa composition et ses dispositifs de surface. D'aucuns espèrent que ces données mettront en évidence des terres émergées entourées de vastes étendues liquides de méthane et d'éthane ou d'une importante couche de glace et d'un océan d'hydrocarbure.

Les données des instruments de Cassini seront combinées avec ces images de sorte que les scientifiques seront plus à même de les comprendre, de mieux les interpréter. Surtout, celles recueillies lors de la descente de Huygens dans l'atmosphère de Titan, prévue le 14 janvier 2005, et celles acquises lors de son activité à la surface devraient fournir un complément d'information substantiel et nous révéler la véritable nature de titan et ses principales caractéristiques.

Titan en fausses couleurs

Cette mosaïque de Titan est composée de 4 images acquises dans l'ultraviolet et l'infrarouge, deux longueurs d'ondes bien plus sensibles que la lumière visible pour observer et détailler la surface de la lune, en raison de l'épaisse couche atmosphèrique qui la recouvre.

Son épaisse couche atmosphérique apparaît nettement et s'étire sur plusieurs centaines de km au-dessus la surface. Quant aux brumes de Titan, elles sont également visibles.

Enfin, pôles et régions se distinguent nettement. Leur éclat est plus ou moins prononcé, ce qui permet de les délimiter clairement. La résolution est de 6,4 km par pixel.

Couche de brume

Cette image acquise de titan montre clairement la couche de brume qui s'en détache nettement et surmontée par de légères structures nuageuses au-dessus du terminateur nord de Titan (zone de transition entre le jour et la nuit).

Les couleurs attribuées à la brume devraient correspondre à la réalité. Cette vue a été également optimisée afin de mieux distinguer les structures les plus fines

Cette image a été prise à une distance d'environ 1 million de kilomètres dans une bande spectrale UV sensible à la dispersion par de petites particules. Le Soleil illumine essentiellement l'hémisphère méridional. La région polaire du nord-est est dans l'obscurité. La couche de brume qui recouvre l'ensemble du globe de Titan est produite par des réactions photochimiques et se met en évidence sous la forme d'un mince anneau de matière lumineuse autour du planétoïde.

Dans les hautes latitudes, près du bord du disque, des stries apparaissent, qui doivent être provoquée par de la poussière et autres substances particulaires se trouvant dans la haute atmosphère, éclairées par le Soleil bien que le sol qu'elles surplombent se trouve dans l'obscurité. Ces stries peuvent résulter d'une onde de matière se propageant dans la brume, ou provenir d'accumulations locales de brumes additionnelles sous forme de nuages non présents à d'autres latitudes.

Xanadu

Xanadu est une région de Titan connue pour sa forte réflectivité ce qui se traduit sur les clichés par une région très lumineuse. Cette image, qui a été acquise à une distance de 702.000 km, montre des détails de l'ordre de 4,2 km et a été optimisée afin de mieux distinguer les structures les plus fines.

Outre Xanadu, l'image montre des régions beaucoup plus sombres, donc de composition différentes. Des structures et autres dispositifs étroits et linéaires sont également visibles. Toutefois, les scientifiques sont bien incapables pour le moment d'expliquer leur nature et leur origine. Dans certains cas, il ne peut pas s'agir de cratère d'impact.

Enfin, on aperçoit la couverture nuageuse, déjà remarquée lors du premier survol de Titan le 2 juillet 2004, au-dessus du pôle sud de la Lune.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi