La nébuleuse de l’anneau austral telle que vue pour la toute première fois par le télescope spatial James-Webb dans l’infrarouge moyen. © Nasa, ESA, CSA, STScI
Sciences

Quel est cet intrus sur cette photo de James-Webb ?

ActualitéClassé sous :télescope spatial James Webb , premières images , Nébuleuse

[EN VIDÉO] Comprendre la mission du télescope spatial James Webb en une minute  Le James Webb Space Telescope, nouveau fleuron de l'observation spatiale, sera lancé le 18 décembre depuis Kourou, en Guyane. Après un voyage de 29 jours, il atteindra le point de Lagrange L2, dans la direction opposée au Soleil. Avec son miroir plus large que celui d'Hubble, dont il est considéré comme le successeur, le JWST pourra observer galaxies, planètes, nébuleuses et étoiles pour en apprendre plus sur l'histoire de l'Univers. 

Il y a des images tellement précieuses qu'on n'ose pas y toucher. Celles renvoyées par le télescope spatial James-Webb, les toutes premières, sont de celles-ci. À moins que... Eh oui, les astronomes de la Nasa le confirment, l'une d'elles a été victime d'un photobombing !

Les toutes premières images scientifiques produites par le télescope spatial James-Webb (JWST) ont été révélées ce 12 juillet. Et elles sont... époustouflantes ! Parmi elles, celle tout à fait stupéfiante de précision d'une nébuleuse planétaire située à quelque 2.500 années-lumière de la Terre. La nébuleuse dite de l'anneau austral. NGC 3132 ou Caldwell 74. Les astronomes la qualifient de nébuleuse planétaire, car ils ont pensé, dans un premier temps, voir dans ces objets, la naissance de planètes. En réalité, les nébuleuses planétaires marquent plutôt la mort des étoiles.

L'image renvoyée par James-Webb de cette nébuleuse de l'anneau austral, donc, est tout à fait spectaculaire. Nous verrons très rapidement pourquoi. Mais attardons-nous d'abord sur le côté gauche de l'image. Vers le haut. On y découvre une fine ligne bleutée.

Ici à droite, la nébuleuse de l’anneau austral vue par l’instrument NIRCam du télescope spatial James-Webb (JWST) ans l’infrarouge proche et à gauche, la même nébuleuse vue par l’instrument Miri dans l’infrarouge moyen. © Nasa, ESA, CSA, STScI

Une galaxie s’invite sur la photo

Ce n'est pas un défaut de l'instrument. Pas non plus un élément de la nébuleuse planétaire de l'anneau austral. Les chercheurs de la Nasa le confirment. Il s'agit bien là d'un photobomb d'une galaxie. Elle est vue par la tranche. Grâce au regard infrarouge perçant du télescope spatial. Un regard qui permet de voir au-delà de la poussière cosmique. Et qui devrait offrir aux astronomes la possibilité d'étudier la répartition des étoiles au cœur de cette galaxie dont ils ignorent pour l'heure encore presque tout.

L'autre découverte permise par ces images à couper le souffle, transmises par le James Webb concerne l'étoile qui a donné naissance à cette nébuleuse. Ou plus exactement, sa compagne de route. Car l'étoile en question n'est pas seule. Elle est l'une des étoiles d'un système binaire. Et l'image prise par le JWST dans l'infrarouge moyen (Miri) montre, pour la toute première fois, que sa compagne est entourée de poussière. Les astronomes s'attendent à ce qu'elle forme, elle aussi, une nébuleuse planétaire en mourant. Dans quelque temps, le JWST pourrait donc voir là, une nébuleuse dans la nébuleuse. Le JWST ou l'un de ses descendants. Parce que l'étoile en question devrait encore survivre quelques millions d'années tout de même. En attendant, plus brillante que sa compagne désormais naine blanche, elle influence l'apparence de la nébuleuse de l'anneau austral, remuant le gaz et les poussières en des motifs asymétriques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !