L'hypothèse est fascinante mais tout à fait crédible car soutenue par des simulations numériques : si la neuvième planète du Système solaire existe, elle pourrait bien avoir été volée à une sœur du Soleil il y a environ 4,5 milliards d'années, alors que les deux étoiles étaient encore proches dans leur pouponnière.
Cela vous intéressera aussi

La découverte de nombreuses exoplanètes depuis 20 ans a montré que les migrations sont fréquentes dans les jeunes systèmes planétaires. Ces voyages expliquent l'existence des Jupiters chaudesJupiters chaudes, ces exoplanètesexoplanètes gazeuses géantes qui orbitent plus près de leurs étoilesétoiles que ne le font MercureMercure et VénusVénus. Comme nous l'ont appris les simulations, le gazgaz persistant quelques millions d'années dans un jeune disque protoplanétairedisque protoplanétaire peut expliquer ces mouvementsmouvements migratoires par la force de frottement qu'il fait subir aux corps célestes. Perdant de l'énergieénergie, les planètes se rapprochent de leur étoile. Ces mêmes simulations ont montré une autre cause possible pour le voyage inverse : les perturbations gravitationnelles peuvent conduire des planètes à migrer vers l'extérieur pendant la jeunesse d'un système planétaire. Ces forces peuvent même les expulser, ou, au moins, les lancer sur des orbites excentriquesexcentriques et lointaines.

Ces deux phénomènes avaient été proposés par Konstantin Batygin et Michael Brown, quand ces deux astronomesastronomes ont montré il y a quelques mois des indices de la présence dans le Système solaireSystème solaire d'une neuvième planète, peut-être aussi massive que NeptuneNeptune, au-delà de l'orbite de PlutonPluton. Des perturbations auraient conduit une superTerresuperTerre ou un noyau de géante gazeusegéante gazeuse à s'éloigner du SoleilSoleil et elle se serait même affranchie de son influence s'il n'y avait eu alors suffisamment de gaz pour freiner son mouvement.

Une vue d'artiste de la neuvième planète qui existe peut-être à plus de 200 fois la distance de la Terre au Soleil, loin au-delà de l'orbite de Pluton. Sa masse est estimée à environ 10 fois celle de la Terre. Elle devrait, logiquement, être enveloppée par une épaisse atmosphère d'hydrogène et d'hélium qui la ferait ressembler à Neptune. © Caltech, R. Hurt (IPAC)

Une vue d'artiste de la neuvième planète qui existe peut-être à plus de 200 fois la distance de la Terre au Soleil, loin au-delà de l'orbite de Pluton. Sa masse est estimée à environ 10 fois celle de la Terre. Elle devrait, logiquement, être enveloppée par une épaisse atmosphère d'hydrogène et d'hélium qui la ferait ressembler à Neptune. © Caltech, R. Hurt (IPAC)

Le Soleil était proche de ses étoiles sœurs à leur naissance

Récemment, par un message sur Twitter, Mike Brown a annoncé la découverte d'un nouvel objet de Kuiper dont les paramètres orbitaux sont en accord avec l'effet gravitationnel de cette neuvième planète. Aujourd'hui, des collègues de Brown et Batygin mettent en ligne sur arXiv une hypothèse fascinante, qui rappelle celle proposée pour la majorité des comètes longues périodes. La neuvième planète, que certains appellent aussi la planète X (X comme l'inconnue en algèbre), ne serait pas née dans le Système solaire mais aurait été arrachée à un autre système planétaire. En clair, le Soleil aurait capturé une exoplanète et pas seulement des comètes extrasolairesextrasolaires.

La proposition semble de prime abord farfelue puisqu'il n'y a pas de collisions d'étoiles dans la Voie lactéeVoie lactée. Passe encore qu'elles puissent se voler des comètescomètes dans leurs nuages d'Oortnuages d'Oort, qui sont tout de même de grandes tailles, mais des planètes ? C'est oublier comment naissent les étoiles.

Elles se forment dans des nuages moléculaires, de sorte que des centaines d'étoiles, voire des milliers, s'allument presque en même temps en formant des amas ouvertsamas ouverts. En leur sein, les distances entre étoiles sont faibles. Les astresastres s'éloigneront un plus tard, car l'amas ouvert de disperse.

Selon les simulations conduites par Alexander Mustill et Melvyn B. Davies de l'observatoire de Lund en compagnie de leur collègue Sean Raymond, de l'observatoire de Bordeaux, le jeune Soleil avait des chances non négligeables de capturer un corps de la taille de la neuvième planète si celle-ci avait déjà migré sur une orbite un peu excentrique autour de son étoile, laquelle est donc une des sœurs de notre soleil.

Sur son blogblog, Sean Raymond donne plusieurs des raisons qui rendent crédible cette affirmation.

Les chances que la planète X soit une exoplanète pourraient être de 2 %

Le chercheur commence par exposer les conditions à remplir pour le scénario de la capture. L'étoile qui aurait frôlé le Système solaire serait passée à environ 200 unités astronomiquesunités astronomiques (UA) du Soleil. Autour d'elle tournait une exoplanète de type Neptune sur une orbite d'un rayon supérieur à 100 UA (Neptune est à environ 30 UA du Soleil). La neuvième planète s'est mise dès sa capture sur l'orbite qu'on lui suppose actuellement.

Les observations des amas ouverts montrent que la première condition est facilement satisfaite. Il en est de même pour la seconde. Ou, plus exactement, nous savons que les exoNeptunes sont fréquentes au moins sur des orbitesorbites similaires à celles de Jupiter et SaturneSaturne et qu'au moins la moitié des étoiles en possèdent. Les jeunes systèmes planétaires avec des géantes sont également instables dans plus de 75 % des cas, de sorte que de grosses planètes sont injectées sur des orbites très elliptiques et certaines sont même éjectées, ce qui rend plausible une capture par le Soleil.

Les simulations révèlent que lors d'une rencontre entre le Soleil et une de ses sœurs, la probabilité d'une capture d'une exoNeptune est plutôt élevée, entre 5 et 50 % des cas. Mais une capture conduisant une orbite semblable à celle de la neuvième planète ne serait possible que dans moins de 10 % des cas.

En considérant tous les facteurs, existence d'exoNeptunes, fréquencefréquence des passages à bonne distance entre les étoiles, etc., il apparaît qu'il y a jusqu'à 2 % de chance que la neuvième planète soit une exoplanète. Rappelons tout de même que nous ne savons toujours pas si cette planète X existe vraiment...