Le centre de contrôle de l'IXV, quelques minutes avant l'amerrissage du véhicule de retour d'orbite. © Rémy Decourt

Sciences

Altec : le centre de contrôle du Véhicule expérimental intermédiaire (IXV)

ActualitéClassé sous :IXV , retour d'orbite , esa

Lors du vol du IXV, le Centre de contrôle d'Altec (Turin, Italie) a contrôlé et coordonné toutes les opérations en temps réel du suivi de la mission, du lancement à la récupération du véhicule après son amerrissage.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l'IXV n'était pas contrôlé depuis le Centre européen d'opérations spatiales de l'Agence spatiale européenne à Darmstadt en Allemagne (Esoc). Bien que la mission a été suivie depuis les installations de l'Esa, c'est depuis le Centre de contrôle d’Altec, qu'étaient contrôlées les opérations et que les stations au sol ont été coordonnées pendant toute la durée du vol, ainsi que les opérations de récupération du démonstrateur à la suite de l'amerrissage.

Pour cette mission de l’IXV, Altec suivait le déroulement des opérations en temps réel à l'aide des stations au sol de Libreville (Gabon) et de Malindi (Kenya), ainsi que d'un terminal mobile sur le navire de récupération Nos Aries. Les données recueillies à l'aide de la station de Libreville ont été relayées à Altec par le réseau Inmarsat tandis que celles acquises par Malindi transitaient par un réseau de l'Agence spatiale italienne.

Les moyens au sol, en mer et dans l'espace utilisés pour suivre et contrôler en temps réel la mission de l'IXV. L'ensemble de ces systèmes était coordonné depuis le Centre de contrôle d'Altec à Turin (Italie). © Esa

Le centre de contrôle de l'IXV suivra Exomars

À bord du véhicule, Thales Alenia Space avait installé un logiciel qui déterminait avec une très grande précision la trajectoire de l'IXV pendant toute la durée de son vol. À bord du navire de récupération se trouvait également une antenne de suivi de l'engin. Enfin, une autre antenne permettait de bien positionner le navire par rapport à la zone de l'amerrissage et ce, quelles que soient les conditions de vague et de roulis.

Altec, coentreprise entre Thales Alenia Space, l'Asi et des entités publiques du Piémont, dont les installations sont situées dans l'usine turinoise de Thales Alenia Space, s'occupe depuis 2001 des opérations à bord de la Station spatiale internationale. Elle a d'ailleurs fourni plus de la moitié des modules pressurisés de l'ISS. Ce centre de contrôle sera également utilisé pour piloter et suivre le rover martien de la mission ExoMars 2018 de l'Agence spatiale européenne (Esa). C'est également un des six centres utilisés pour la réception des données du satellite astrométrique Gaia.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

-------------------------------------

Un programme suivi pas à pas par Futura-Sciences

Le lancement d'un démonstrateur de rentrée atmosphérique par l'Esa, le 11 février 2015, est le point d'orgue d'un long programme, que Futura-Sciences suit depuis ses débuts.

Retrouvez ici les principaux articles que nous avons consacrés à l'IXV pour mieux comprendre les enjeux et les difficultés de la réalisation de cet engin ambitieux qui servira à maîtriser le retour contrôlé depuis l'espace.

--------------------

Fort des succès sans précédent de la sonde Huygens, grande première mondiale qui s’est posée sur Titan, des observatoires spatiaux Herschel et Planck, des 25 radiotélescopes européens Alma au Chili, Thales Alenia Space vise la Planète rouge avec Exomars et la matière noire avec Euclid.

Après avoir fourni la moitié des modules pressurisés de l’ISS, ainsi que les modules cargos de ses vaisseaux ravitailleurs (ATV, Cygnus), Thales Alenia Space s’attaque à la rentrée atmosphérique avec le IXV, un véhicule expérimental qui préfigure les vols habités de demain.