Dans le bâtiment S5 du Centre spatial guyanais, le IXV est préparé en vue de son lancement prévu le 11 février. © Esa, Cnes, Arianespace

Sciences

La mininavette spatiale européenne IXV fait le plein avant le départ

ActualitéClassé sous :IXV , démonstrateur de rentrée atmosphérique , Thales Aleina Space

-

Le IXV, démonstrateur de rentrée atmosphérique, souvent qualifié de « mininavette », sera lancé le 11 février par une fusée Vega, après un report en novembre dernier. Futura-Sciences vous fera vivre dans le détail cet événement historique pour l'Agence spatiale européenne. Il y a quelques jours, d'étranges astronautes, en combinaison étanche, s'affairaient autour de l'engin. Étape importante : il s'agissait de faire le plein.

L’Esa fera bientôt voler l'IXV, sa mininavette spatiale  Afin de maîtriser la rentrée atmosphérique planée, l’Esa a développé l’IXV. Ce véhicule de test devrait bientôt effectuer son premier vol. Découvrez en vidéo une reconstitution de ce futur voyage. 

Le compte à rebours a repris pour le démonstrateur de rentrée atmosphérique de l'Agence spatiale européenne (IXV). Après une mise en sommeil forcée, liée au report du lancement de Vega, la campagne de préparation de ce véhicule a redémarré. La date de lancement est fixée au 11 février.

Ce véhicule, construit par Thales Alenia Space, doit faire le point sur la maîtrise européenne de la technique de rentrée atmosphérique, aujourd'hui réservée à la Chine, aux États-Unis et à la Russie. L'IXV « testera les techniques nécessaires pour les futurs véhicules spatiaux autonomes de l'Esa qui devront revenir intacts sur Terre » nous expliquait le 22 octobre dernier Stéphane Dussy, ingénieur du système avionique de l'IXV, qui nous faisait découvrir ce véhicule expérimental.

Le véhicule IXV construit par Thales Alenia Space pour le compte de l'Agence spatiale européenne. © Esa, Cnes, Arianespace

Le lanceur Vega aura une trajectoire mieux sécurisée au-dessus de l'Amazonie

La décision de repousser le lancement avait été prise en raison d'un problème de sécurité lié à la trajectoire du lanceur. La controverse portait sur les méthodes de calcul des zones d'impact en cas d'explosion du premier étage du lanceur au cours des toutes premières minutes du vol, déterminées par le Cnes, responsable du site. Le risque était que le propergol solide des étages deux et trois répandent des substances chimiques nocives se répandent au-dessus de la forêt amazonienne en raison d'une trajectoire trop basse du lanceur.

L'Agence spatiale européenne a donc soumis une nouvelle trajectoire plus conforme aux règles de sauvegarde, même si elle présente quelques contraintes. Aujourd'hui, Vega est prêt à lancer le véhicule dont sa préparation au lancement se poursuit.

Deux ergoliers remplissent l'IXV d'hydrazine, un carburant très toxique pour la santé humaine. © Esa, Cnes, Arianespace

Comment faire le plein de l'IXV ?

Ainsi, les batteries qui avaient été retirées ont été sorties de la chambre froide, chargées et réinstallées dans l'IXV. Puis, il y a quelques jours, il a été rempli de 28 kg d'hydrazine par l'équipe Propulsion de Thales Alenia Space au Centre spatial guyanais. Il aura fallu une journée pour réaliser ce « plein ». Ce propergol liquide est d'une très grande dangerosité pour la santé humaine. Cela explique pourquoi les deux pompistes portent une tenue de protection parfaitement étanche (baptisée Scape) qui les fait ressembler à des astronautes. La zone a ensuite été décontaminée et sécurisée pour la poursuite des activités.

C'est également pourquoi il sera nécessaire de « passiver » le véhicule (c'est le terme consacré) dès sa récupération après son amerrissage. La même équipe Propulsion, que nous avons rencontrée avant son départ pour le lieu de l'amerrissage du IXV, embarquera à bord du navire de récupération Nos Aries. Ses membres nous ont expliqué dans le détail cette procédure qui sera une première en Europe. Futura-Sciences suit de près cette aventure, avec l'aide des protagonistes du projet IXV.

-------------------------------------

Un programme suivi pas à pas par Futura-Sciences

Le lancement d'un démonstrateur de rentrée atmosphérique par l'Esa, le 11 février 2015, est le point d'orgue d'un long programme, que Futura-Sciences suit depuis ses débuts.

Retrouvez ici les principaux articles que nous avons consacrés à l'IXV pour mieux comprendre les enjeux et les difficultés de la réalisation de cet engin ambitieux qui servira à maîtriser le retour contrôlé depuis l'espace.

--------------------

Fort des succès sans précédent de la sonde Huygens, grande première mondiale qui s’est posée sur Titan, des observatoires spatiaux Herschel et Planck, des 25 radiotélescopes européens Alma au Chili, Thales Alenia Space vise la Planète rouge avec Exomars et la matière noire avec Euclid.

Après avoir fourni la moitié des modules pressurisés de l’ISS, ainsi que les modules cargos de ses vaisseaux ravitailleurs (ATV, Cygnus), Thales Alenia Space s’attaque à la rentrée atmosphérique avec le IXV, un véhicule expérimental qui préfigure les vols habités de demain.