Représentation du déploiement du parachute principal d'ExoMars. © Arca Space
Sciences

Une semi-réussite pour le test des parachutes du rover ExoMars

ActualitéClassé sous :ExoMars , mars , exploration robotique de Mars

[EN VIDÉO] ExoMars 2020 : regardez comment le rover se relèvera sur Mars  Découvrez comment le rover ExoMars Rosalind Franklin se mettra sur ses roues avant de rouler sur la surface de Mars. En effet, pour des questions et d’encombrement et de stabilité, les ingénieurs d’Airbus ont décidé d’installer le rover de l'Agence spatiale européenne sur la plateforme d’atterrissage Kazachok, les roues repliées. 

L'Agence spatiale européenne a mené une nouvelle campagne d'essais afin de tester les futurs parachutes de la mission ExoMars. Réalisée en deux jours, l'expérience s'est avérée satisfaisante pour l'ESA malgré des problèmes techniques.

C'était une étape importante en amont du lancement de la mission ExoMars en 2022. Le 24 et 25 juin, l’ESA a lancé sa nouvelle phase de test des parachutes qui devront ralentir le rover Rosalind Franklin lors de son arrivée dans l'atmosphère de Mars. L'essai s'est déroulé en Suède, à la Swedish Space Corporation Esrange, sous l’œil d’observateurs européens et russes. Un résultat en demi-teinte sur l'aspect technique, le second des deux parachutes ayant connu des problèmes lors de son déploiement. Mais l'Agence spatiale européenne a néanmoins déclaré l'expérience satisfaisante et réussie.

Test du largage du parachute d'ExoMars. © ESA

Une semi-réussite

L'objectif était de déterminer si le système de parachutes de la mission était suffisant pour ralentir un objet aussi lourd qu'un rover et lui permettre d'atteindre la terre ferme sans encombre. Les chercheurs ont donc envoyé une réplique du module à 29 kilomètres d'altitude grâce à un ballon stratosphérique d'hélium.

Le premier parachute, de 15 mètres de largeur, s'est ouvert sans encombre. Il devrait permettre de ralentir fortement le futur rover martien, supposé arriver à une vitesse de 21.000 km/h autour de la Planète rouge. Le second parachute, d'un diamètre de 30 mètres, a cependant connu quelques difficultés. Lors de son déploiement, l'extracteur s'est détaché de manière impromptue. L'ESA a expliqué que cette anomalie serait due à une pression trop élevée dans le auvent du parachute, et que des solutions seraient étudiées pour résoudre ce problème. Le module-test a néanmoins atterri sans qu'aucun dommage ne soit constaté.

Différentes étapes du déploiement des parachutes pour la mission ExoMars. © ESA, Roscosmos

De nouveaux tests devraient avoir lieu dans les mois à venir alors que l'échéance du lancement de la mission ExoMars approche, prévue pour septembre 2022. Celle-ci devrait voir le Rosalind Franklin rejoindre Perseverance, Curiosity et Zhurong dans leur recherche de traces de vie passée sur Mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !