Loligo vulgaris est une espèce commune de calmar de la famille des Loliginidés (Loliginidae). Des chercheurs viennent de s'inspirer de sa technique de camouflage par changement de couleur pour fabriquer un film à base de graphène et surtout d'une protéine utilisée par les calmars, la réflectine. © Hans Hillewaert, Wikipédia, cc by sa 3.0

Sciences

Se camoufler dans l'infrarouge comme un calmar !

ActualitéClassé sous :chimie , infrarouge , calmar

Pourra-t-on disposer un jour de véritables tenues de camouflage caméléon, capables de s'adapter à l'environnement comme dans le film After Earth ? Oui, selon un groupe de chercheurs qui vient de mettre au point un film permettant de se dissimuler des caméras infrarouge, grâce à une protéine utilisée par les calmars pour changer de couleur.

On sait que la science de la bionique s'inspire des phénomènes physiques et chimiques chez les plantes et les animaux, pour des réalisations techniques intégrant des systèmes non biologiques. Un bon exemple vient d'être donné par des chercheurs de la Henry Samueli School of Engineering de l'University of California Irvine. Ils viennent de publier dans le journal en ligne Advanced Materials un article dans lequel ils décrivent comment utiliser une technique de camouflage des calmars pour cacher des objets dans une bande de l'infrarouge proche.

Leur trouvaille va bien sûr intéresser les militaires en quête de furtivité. Elle devrait en effet permettre de dissimuler des caméras infrarouges usuelles des engins de guerre de formes et de tailles diverses, dans la bande allant de 700 à 1.200 nanomètres.

Il ne s'agit pas encore de l'invisibilité au sens commun et qui fait rêver chacun d'entre nous. Elle est en théorie possible pour des bateaux, des chars d'assaut et même des avions. Mais on ne sait pas encore l'obtenir à une telle échelle avec des métamatériaux.

Une illustration du film biomimétique à base de réflectine, la protéine utilisée par les calmars pour changer de couleur. Sous l'action d'un stimulus, ici de l'acide acétique, le film devient visible ou invisible dans l'infrarouge proche. C'est la première fois que l'on obtient un film inspiré par la biologie capable de se cacher des caméras infrarouge usuelles. © John Wiley & Sons, Inc.

Pour obtenir une nouvelle technique de camouflage dans l'infrarouge, le physicien et chimiste Alon Gorodetsky et ses collègues sont d'abord parvenus à faire synthétiser par des bactéries ordinaires de la réflectine. C'est la protéine qui permet aux céphalopodes, comme les calmars, de changer de couleur.

Un film de camouflage à base de graphène et réflectine

Les chercheurs ont ensuite déposé cette réflectine sur un substrat à base de graphène. Au final, ils ont obtenu un film dont les propriétés optiques sont modulables à volonté, un peu comme le ferait un céphalopode. Sous l'action de l'acide acétique, le film passe de transparent à visible dans l'infrarouge. Ce film peut prendre différentes couleurs selon son épaisseur, ce qui veut dire que l'on peut imaginer changer sa couleur sous une action physico-chimique.

Pour Gorodetsky, « [ces] films réfléchissant les rayons infrarouges, aux propriétés modulables, représentent une première étape cruciale pour développer des technologies de camouflage biomimétiques à usage unique et reconfigurables. [Il est aussi possible d'] imaginer des revêtements réfléchissants économes en énergie et des systèmes optiques bio-inspirés ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi