Planète

La seiche, championne du camouflage... mais comment fait-elle ?

ActualitéClassé sous :zoologie , biologie , seiche

La seiche est l'une des championnes du camouflage, pouvant changer de couleur et de texture pour se fondre dans son environnement en moins d'une seconde. Elle peut donc échapper efficacement à tous ses prédateurs, si puissants leurs systèmes visuels soient-ils. Et le tout, malgré son incapacité à percevoir elle-même les couleurs !

Les seiches savent se camoufler, en adoptant les mêmes couleurs, les mêmes motifs et les mêmes textures que les surfaces où elles se trouvent. © Hans Hillewaert, Wikimedia, CC by-sa 3.0

Des insectes aux mammifères, la grande majorité des animaux possède un système visuel, plus ou moins développé. Leurs yeux sont adaptés à leurs modes de vie, leur permettant de chasser en repérant des proies, d'identifier de la nourriture ou au contraire d'échapper aux prédateurs. Ainsi, tous les systèmes visuels ne se valent pas et ce qui est perçu par un individu ne l'est pas forcément par un autre.

En effet, si les humains perçoivent une palette de couleurs allant du rouge au violet grâce à leurs trois types de photorécepteurs (sensibles au bleu, au rouge et au vert), les insectes quant à eux peuvent percevoir la lumière ultraviolette, également grâce à trois photorécepteurs, mais spécialisés dans la perception de l'ultraviolet, du bleu et du vert. L'intégration dans le cerveau des informations en provenance des trois types de récepteurs permet donc de reconstruire des images aux couleurs très distinctes suivant les espèces.

Un relooking extrême !

L'une des stratégies mises en place par les animaux menacés par des prédateurs repose sur le camouflage. Les seiches, par exemple, sont capables de changer de couleur pour s'adapter aux tons du fond marin sur lequel elles se trouvent. On parle alors de mimétisme par homochromie, un phénomène permis par la dilatation ou la contraction de chromatophores, des cellules remplies de pigments de différentes couleurs.

Ce mimétisme est si efficace qu'il peut imiter les reflets des vagues en faisant clignoter les couleurs, et même permettre des changements de la texture de sa peau, qui peut se couvrir d'épines ou redevenir complètement lisse. Ces modifications très rapides s'effectuent par réflexe (en quelques dixièmes de seconde), grâce à des actions hormonales et nerveuses.

Les seiches savent très bien passer inaperçues... (ici, elle est à droite). © J.K. Wickiser, West Point

Selon de précédentes études, certains paramètres environnementaux semblent influencer l'efficacité du camouflage, comme l'intensité lumineuse, le contraste, la taille ou la forme des objets. Les seiches possèdent, il est vrai, une bonne perception des contrastes et sont capables de visualiser la polarisation de la lumière. Pourtant, comme tout céphalopode, ces animaux sont incapables de visualiser les couleurs !

Comment font-ils donc pour changer de tons, et surtout comment peuvent-ils réussir à « disparaître » aux yeux de tous leurs prédateurs, qui ne voient pas forcément tous de la même façon ? Pour répondre à ces questions, des scientifiques du Marine Biological Laboratory (MBL) à Woods Hole aux États-Unis se sont associés au U.S. Military Academy à West Point, et leurs travaux ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Se mettre dans la peau des prédateurs

Ils ont utilisé une technologie sophistiquée, puisqu'il s'agit d'imagerie hyperspectrale. Cette caméra vidéo un peu particulière permet d'enregistrer les seiches en plein camouflage en très haute précision de couleur grâce à sa sensibilité à 540 longueurs d'onde, distribuées tout le long du spectre lumineux. Il est ainsi possible de capturer des teintes qui ne sont ni perçues par l'Homme ni même par beaucoup d'animaux.

Malgré le manque d'informations sur les capacités visuelles des prédateurs de la seiche, cet outil permet de reconstruire artificiellement toutes les images pouvant être potentiellement perçues par les ennemis du mollusque, en réalisant, par superposition, des images di ou trichromatiques (partant du principe que les poissons ne possèdent pas plus de trois types de photorécepteurs différents).

Grâce à des observations réalisées pour la première fois comme au travers des yeux des prédateurs, il semble que l'intensité lumineuse émise par l'animal, plus que sa couleur, soit révélatrice de la présence de la seiche. Ainsi, malgré son incapacité à percevoir les couleurs, la seiche réussit très bien à adopter les couleurs et les motifs de son environnement pour passer inaperçue, quelles que soient les longueurs d'onde perçues par ses ennemis. En revanche, les secrets de sa grande adaptabilité n'ont pas encore été percés...

Cela vous intéressera aussi