Si les supernovae sont rares dans notre Galaxie, ce n’est pas le cas de novae et plusieurs sont découvertes chaque année. Mais voilà un siècle qu’aucune n’avait été observée dans une nébuleuse. C’est pourtant ce que vient de faire un groupe international d’astronomes. Baptisée Nova V458 Vulpeculae, cette nova lointaine devrait nous permettre de mieux comprendre l’évolution des étoiles binaires.
Cela vous intéressera aussi

A la différence des supernovae, les novae sont des explosions qui ne produisent pas (ou rarement) la destruction de l'étoile progénitrice ou qui ne laissent pas derrière elles un astreastre compact, comme une étoile à neutronsétoile à neutrons ou un trou noirtrou noir.

Une novanova se produit lorsqu'une naine blanchenaine blanche d'un système binairesystème binaire accrète du gazgaz (de l'hydrogènehydrogène) en provenance de son étoile compagne jusqu'à ce que la pressionpression et la température en surface deviennent suffisantes pour enclencher une réaction thermonucléaire. La luminositéluminosité de l'étoile est alors multipliée par 10.000 pendant quelque jours. Le processus peut se répéter et l'on sait par exemple que RS Ophiuchi a ainsi explosé six fois en un siècle. Elle fait donc partie des novae récurrentes.

Cliquez pour agrandir. La nébuleuse planétaire avant l'explosion de la nova. Crédit : Roger Wesson
Cliquez pour agrandir. La nébuleuse planétaire avant l'explosion de la nova. Crédit : Roger Wesson

Les astrophysiciensastrophysiciens pensent que de 40 à 60 novae se produisent chaque année dans la Voie LactéeVoie Lactée mais on n'en observe que quelque-unes, car les nuagesnuages de poussières et de gaz de la GalaxieGalaxie nous les cachent généralement. Beaucoup plus rare est l'occurrence d'une nova dans une nébuleusenébuleuse. La dernière observée de ce genre avant celle de 2007 s'appelait Nova Persei et c'était en 1901.

Une pierre de Rosette de l'évolution stellaire

Celle que Roger Wesson et ses collègues ont étudiée dans un article paru dans Astrophysical Journal Letters a été découverte par hasard en août 2007 grâce au Isaac Newton Telescope Photometric HAlpha Survey. Une première image, prise dans le visible, montrait une nébuleuse planétaire quelques semaines auparavant. Mais celles qui suivirent montrèrent non seulement l'explosion de la nova mais aussi les modifications de son aspect induites par la photo-ionisation de la matièrematière de la nébuleuse par le flashflash de lumièrelumière.

Cliquez pour agrandir. La nova et les modification de la nébuleuse causées par le flash de lumière. Crédit : Roger Wesson

Cliquez pour agrandir. La nova et les modification de la nébuleuse causées par le flash de lumière. Crédit : Roger Wesson

D'après les estimations des astrophysiciens, les deux étoilesétoiles pourraient être des binairesbinaires serrées dont la somme des massesmasses dépasse celle de Chandrasekhar. En un temps inférieur à l'âge de l'UniversUnivers, elles devraient spiraler l'une vers l'autre en émettant des ondes gravitationnelles et finir leur existence sous la forme d'une supernovasupernova de type I.

Actuellement, la façon dont le flash de lumière interagit avec la nébuleuse planétairenébuleuse planétaire nous donne des renseignements inédits sur la structure de cette dernière. Comme elle a été produite par des séries d'éjections de matière par l'une des étoiles du système binaire il s'agit, selon les mots de Roger Wesson, d'une possible pierre de RosetteRosette pour la compréhension de l'évolution stellaire.