Sciences

Perséides, saison 2009 : profitez de ces étoiles filantes avec nous !

ActualitéClassé sous :Astronomie , étoile filante , perséides

Comme chaque année entre mi-juillet et mi-août, l'essaim d'étoiles filantes dit des Perséides s'invite dans nos soirées estivales. Retrouvez les heures et les dates sur nos éphémérides.

Une étoile filante est d'abord un météore, c'est-à-dire un phénomène visible se déroulant dans l'atmosphère. La météorite est le corps qui pénètre dans l'atmosphère, qui peut être une poussière ou un objet plus gros. S'il est suffisamment massif, la trace lumineuse perdure plus longtemps et, plutôt que d'étoile filante, on parle de bolide. Crédit Jean-Baptiste Feldmann

Depuis le 17 juillet et jusqu'au 14 août, les étoiles filantes sont de retour ! Les Perséides, fidèles au rendez-vous, arrivent comme chaque année, avec un maximum entre le 11 et 13 août. Le pic est donc le mercredi 12 août. A inscrire dans vos tablettes ! Pour les détails, retrouvez les Perséides sur nos éphémérides avec toutes les actualités astronomiques du mois d'août.

En fait, bien sûr, c'est la Terre qui arrive à l'heure prévue dans ce nuage de poussières laissé par la comète Swift-Tuttle lors de ses derniers passages à proximité du Soleil. Comme un automobiliste roulant sous la neige qui tombe et qui voit les flocons frapper son pare-brise, nous pouvons observer ces minuscules poussières lorsqu'elles sont avalées par l'atmosphère de la planète, fonçant dans l'espace à plus de 100.000 km/h, et qu'elles s'y consument.

Chacune d'elles ne mesure qu'une fraction de millimètre mais son embrasement produit un point lumineux bien visible durant quelques secondes.

Lune et Soleil en trouble-fête

Pour les trouver, il suffit de regarder au bon endroit, en l'occurrence la constellation de Persée, d'où leur nom. On la trouve en se tournant le nord-est, à proximité du très reconnaissable W de la constellation de Cassiopée, un peu en dessous et à gauche. A droite de Persée, on trouve Andromède et sa célèbre nébuleuse, visible à l'œil nu ou à l'aide de petites jumelles si l'on se trouve loin des villes. A gauche, Capella (dans le Cocher), bien lumineuse (on la classe sixième pour l'éclat dans le ciel) est nettement visible. Durant les soirs du mois d'août, tourner la tête dans cette direction, c'est un peu comme regarder vers l'avant de la voiture dans laquelle on se trouve : c'est par là que se dirige la Terre.

Il faut aussi regarder à la bonne heure. Et, cette année, nous ne sommes pas très gâtés. Le maximum de l'essaim, en effet, a lieu à 17 h 30 TU, c'est-à-dire 19 h 30 en heure locale, donc alors qu'il fait encore jour. Heureusement, le phénomène est visible plusieurs heures et il suffit d'attendre le coucher du Soleil, qui a lieu à 19 h 02 TU le 14 août (20 h 02 locale). De plus, une Lune gibbeuse se fera remarquer inopportunément.

Mais nous ne sommes pas à l'abri d'une bonne surprise. En effet, le nuage de poussières de la comète est loin d'avoir une forme homogène et l'heure du pic est approximative. En fait, il faut aussi mettre son nez dehors la veille (donc le mardi 11) et le lendemain (jeudi 13).

Cela vous intéressera aussi