Une équipe de scientifiques de l'Arizona State University remet en cause le scénario que nous tenions pour acquis de l'histoire de l'origine et de la formation du Système Solaire et propose une nouvelle théorie pour expliquer sa naissance.
Cela vous intéressera aussi

Nous pensons que le SoleilSoleil s'est formé à partir de l'effondrementeffondrement d'une partie d'un nuagenuage de matièrematière interstellaire, la NébuleuseNébuleuse primitive, dans une région isolée et obscure de cette nébuleuse. Selon les scientifiques, il n'en est rien. Le Soleil, puis les objets du Système SolaireSystème Solaire se sont formés dans un environnement violent, baignés de lumièrelumière ultraviolette au voisinage d'étoilesétoiles très massives.

Si cette théorie devait se confirmer, elle pourrait avoir des implications importantes sur notre compréhension des processus à l'origine de la taille et de la forme du Système Solaire ainsi que les caractéristiques physiquesphysiques de la TerreTerre et du développement de la chimiechimie du vivant.

Il existe deux types d'environnements capables de former des étoiles similaires au Soleil, c'est-à-dire faiblement massives. On connaît le processus tranquille, dans lequel un nuage de matière s'effondre lentement et forme une étoile, et un second environnement radicalement différent et dans lequel se serait formé le Système Solaire. Il s'agit de régions beaucoup plus massives où l'effondrement de la matière entraîne la naissance d'étoiles de faibles massesmasses, mais aussi d'astresastres plus massifs et très lumineux (géantes bleuesgéantes bleues, notamment). Dans ces régions, les étoiles massives s'accaparent de la plus grande partie de l'énergieénergie et de la matière de sorte qu'elles changer complètement la manière dont se forment des étoiles de type solaire par rapport à une naissance dans un environnement beaucoup plus tranquille.

Pour expliquer leur scénario, les scientifiques rapportent la découverte récente dans une météoritemétéorite d'un modèle d'isotopeisotope qui n'a pu résulter que de la décroissance de la radioactivitéradioactivité du ferfer 60, un isotope instable dont la demi-viedemi-vie n'est que de 1,5 million d'années. Or, cet isotope se forme à l'intérieur d'une étoile massive. Sa présence indique la présence d'un tel astre au voisinage du Soleil, lors de sa formation il y a 4,5 milliards d'années.

Autre élément à charge, le processus de formation des étoiles massives. Lorsque l'un de ces astres se forme, son rayonnement ultravioletultraviolet forme une région dite HII, il s'agit de nuages chauds d'hydrogènehydrogène ionisé qui s'étendent dans l'espace interstellaire, poussés par le souffle de l'étoile. On peut citer trois exemples célèbres de régions HII : la nébuleuse de l'Aigle, la nébuleuse d'Orionnébuleuse d'Orion, et la nébuleuse Trifidenébuleuse Trifide. On a aujourd'hui établi que ces régions HII sont remplies de jeunes étoiles similaires au Soleil, et nombre d'entre elles sont entourées de disques protoplanétairesdisques protoplanétaires.
Or, les étoiles massives meurent jeunes. En fin de vie elles se transforment en supernovaesupernovae, et leurs éléments, en se dispersant, vont enrichir les systèmes planétaires environnants en formation de nombre d'éléments chimiqueséléments chimiques nouvellement fabriqués, tel le fer 60, dont le produit de la désintégration trahit vraisemblablement la présence de ce type d'astre dans le voisinage de notre Système solaire en cours de formation.