Le satellite Corot a permis de caractériser la plus petite planète extrasolaire jamais découverte, d'une taille inférieure à deux fois celle de la Terre.
Cela vous intéressera aussi

La majorité des 330 planètes découvertes à ce jour autour d'autres étoilesétoiles sont des astresastres géants ou gazeux, de massemasse analogue à JupiterJupiter ou NeptuneNeptune et même beaucoup plus importante. Aussi, la découverte de CoRoT-Exo-7b revêt-elle une importance toute particulière, en se rapprochant de l’ordre de grandeur de la Terre.

Obtenues selon les données transmises par CorotCorot, les caractéristiques de la nouvelle exoplanèteexoplanète ne laissent cependant pas envisager un endroit propice au développement de formes de vie. Car si son diamètre est inférieur au double de celui de notre TerreTerre, sa période de révolutionpériode de révolution autour de son étoile n'est que de 20 heures ce qui implique une distance particulièrement faible, 0,017 UAUA ou 2,543 millions de kilomètres seulement. En conséquence, la température de surface devrait être comprise entre 1.000 et 1.500°C, impliquant soit une planète rocheuseplanète rocheuse recouverte de lave liquideliquide, ou une nouvelle classe de planètes constituées pour moitié de roches et pour moitié de vapeur d'eau, forme déjà suspectée auparavant et baptisée planète sauna.

Il s'agit néanmoins de la plus petite planètepetite planète extrasolaire jamais découverte, méritant entièrement la qualification d'exoterreexoterre.

Image de l'étoile autour de laquelle tourne l'exoplanète, prise par le télescope du CFH (<em>Canada-France-Hawaii</em>). Crédit CNES

Image de l'étoile autour de laquelle tourne l'exoplanète, prise par le télescope du CFH (Canada-France-Hawaii). Crédit CNES

Corot, champion de la méthode du transit

« Trouver une planète aussi petite n'a pas été une totale surprise. CoRoT-Exo-7b est un objet qui appartient à une catégorie dont l'existence était soupçonnée depuis quelque temps. Or Corot a été conçu précisément avec l'espoir d'en détecter quelques exemplaires. Corot a démontré sa capacité à détecter ces variations de lumièrelumière extrêmement subtiles », estime Daniel Rouan, chercheur au Lesia de l'Observatoire de Paris, qui coordonne cette recherche avec Alain Léger, de l'Institut d'astrophysiqueastrophysique spatiale (CNRS, université de Paris-XI).

Cette découverte ravive aussi une question qui intrigue les chercheurs depuis de nombreuses années. Existe-t-il des planètes océans ? Alain Léger pense qu'en effet, il pourrait s'agir d'objets composés pour moitié de glace lors de leur formation à une distance importante, puis qui auraient lentement dérivé vers leur étoile. Cette glace aurait alors fondu pour ne laisser qu'une surface apparente liquide.

La mise en évidence de CoRoT-Exo-7b a été effectuée par la méthode du transittransit de la planète devant son étoile. Elle permet la découverte d'astres plus petits que par la méthode dite de la vitessevitesse radiale, consistant à mesurer le léger mouvementmouvement de l'étoile provoqué par la présence d'une ou plusieurs planètes.

Lancé le 27 décembre 2006, Corot est particulièrement adapté à ce type d'observations, étant conçu pour détecter les très faibles variations d'éclat des étoiles. Le chiffre 7 du nom de cette planète indique d'ailleurs que l'instrument européen en est à sa septième réussite dans ce domaine. Depuis son lancement, Corot affiche un bilan excellent, pour la recherche d'exoplanètes et pour la sismologie stellaire.

Il « possède l'avantage d'être dans l'espace où les perturbations sont beaucoup plus faibles et la duréedurée d'observation ininterrompue bien plus longue que depuis le sol » précise Hans Deeg, membres de l'équipe scientifique et chercheur à l'Institut d'Astrophysique des Canaries.

Cette découverte a été confirmée grâce aux observations complémentaires réalisées au moyen d'un vaste réseau de télescopes européens tels le European Southern Observatory au Paranal et à La Silla (Chili), le télescopetélescope de 80 cm de l'Institut d'Astrophysique des Iles Canaries et le télescope Canada-France-Hawaii Telescope sur le Mauna Kea à Hawaï.