Sciences

Astrophotographie : la Lune en couleurs

ActualitéClassé sous :Astronomie , astrophotographie , lune

Il existe de multiples façons de photographier la Lune, tant notre satellite naturel est présent dans le ciel nocturne. Coloriser le globe sélène est une façon originale de révéler ses particularités géologiques.

La pleine Lune du 11 novembre dernier colorisée révèle la variété géologique de ses terrains. © B. Martineau
  • Découvrez la Lune en image

L'imagerie lunaire est une spécialité que se sont fait un grand nombre d'astrophotographes. Il faut dire que la clarté et la taille imposante de notre satellite naturel en font une cible de choix pour tous les astronomes débutants, et nombreux sont ceux qui lui restent fidèles même si l'évolution de leur matériel leur ouvre d'autres perspectives astronomiques. Si la Nuit de la Lune est l'occasion de la célébrer officiellement, c'est tout au long de l'année que l'on peut en profiter. Sans matériel particulièrement sophistiqué, il est déjà possible d'immortaliser les spectaculaires levers de Pleine Lune, à la campagne ou dans les grandes agglomérations comme à Marseille.

À l'éclat insoutenable de la Pleine Lune, certains préfèrent le charme discret d'un fin croissant lunaire, une occasion de profiter également de la lumière cendrée ou clair de Terre. Il s'agit de la lumière renvoyée dans l'espace par notre planète, qui suffit à révéler d'une douce lueur le reste du disque lunaire normalement plongé dans le noir. La chasse aux croissants lunaires est d'ailleurs devenue un challenge, le but étant de détecter le croissant le plus fin possible. En 2010 l'astrophotographe amateur français Thierry Legault était même parvenu pour la première fois à photographier la Nouvelle Lune.

La Pleine Lune peut être photographiée en ville (ici Marseille) tant elle est lumineuse. © J.-B. Feldmann

La Pleine Lune peut être photographiée en ville (ici Marseille) tant elle est lumineuse. © J.-B. Feldmann

Couleurs lunaires

Quand ils disposent d'un télescope et d'un site d'observation peu sujet aux turbulences atmosphériques, les astrophotographes se lancent dans l'imagerie lunaire à haute résolution, espérant dénicher les détails les plus fins possibles. Certains cratères comme Copernic ou Clavius révèlent toute leur sauvage beauté pour qui sait les mettre en valeur.

Il existe une autre approche de la photographie lunaire. Normalement la Lune convient bien aux caméras monochromes puisque sa surface ne présente qu'une variété de teintes grises qui s'échelonnent du blanc éclatant de certaines roches en plein soleil au noir profond des fonds de cratères plongés dans l'ombre. Mais la colorisation des images de notre satellite naturel permet d'en extraire certaines informations. L'astronome amateur Baudouin Martineau a ainsi eu l'idée d'appliquer un traitement particulier à l'une de ses images de Pleine Lune réalisée le 11 novembre dernier, s'inspirant des méthodes de travail de Rogelio Bernal Andreo. Il ne s'agit pas de mettre de fausses couleurs (méthode qu'on utilise par exemple pour accentuer les reliefs sur les images prises par certaines sondes lunaires) mais bien d'exagérer celles qui ne sont pas perceptibles normalement, révélant de la sorte les différences géologiques du sol lunaire.

À propos de Baudouin Martineau

Membre de notre forum d'astronomie sous le pseudo de bod38, ce grenoblois de 31 ans a commencé à observer le ciel avec un télescope il y a deux ans au cours de l'Année mondiale de l'astronomie. Il réalise actuellement ses images astronomiques avec un télescope de 20 centimètres de diamètre et un appareil photo numérique. Si vous aussi vous souhaitez nous proposer une image astronomique destinée à illustrer cette rubrique, il vous suffit de suivre nos consignes.    

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi