Les 40 ans du premier vol de la navette spatiale américaine. © Nasa
Sciences

Youri Gagarine et la navette spatiale : deux grands anniversaires pour la conquête spatiale aujourd’hui

ActualitéClassé sous :Astronautique , Youri Gagarine , histoire

[EN VIDÉO] Espace : comment se passe une sortie extravéhiculaire (EVA) ?  La plus célèbre remonte en 1969, lorsque plusieurs hommes ont marché sur la Lune, mais ce n'était pas la première ! © Futura 

Ce lundi 12 avril, ce sont les 60 ans du vol de Gagarine et les 40 ans du premier vol de la navette spatiale américaine. Ces anniversaires sont l'occasion de revenir sur ces deux missions qui ont marqué l'histoire de l'astronautique.

Le 12 avril, journée internationale du vol spatial habité, est une date importante dans l'histoire de l'astronautique, avec deux événements majeurs qui se sont produits ce jour-là en 1961 et en 1981.

12 avril 1961 : le premier Homme dans l'espace

Il y a tout juste 60 ans, le 12 avril 1961, Youri Gagarine devenait le premier Homme à voyager dans l'espace et le premier humain à effectuer une orbite autour de la Terre. Avec cette seule mission spatiale de sa carrière (Vostok 1), le cosmonaute accomplit la prédiction de Constantin Tsiolkovski, père de l'astronautique moderne, qui avait annoncé en 1935 que le premier Homme dans l'espace serait russe.

Youri Gagarine, Guerman Titov et Sergueï Korolev. © Wikimedia Commons

L'histoire commence un peu moins de deux ans plus tôt, le 22 juin 1959, lorsque le processus de sélection des premiers cosmonautes soviétiques est lancé. Sur 3.000 candidats, sélectionnés parmi des pilotes relativement novices de l'armée de l'air (entre 25 et 30 ans, sauf quelques exceptions), 200 franchissent la première sélection, puis vingt la deuxième étape en février 1960. Gagarine, le candidat favori de ses pairs, est choisi avec cinq autres pilotes pour l'entraînement. En janvier 1961, trois pilotes sont sélectionnés : Gagarine et Guerman Titov, entre lesquels se fera le choix final, et Grigori Nelioubov qui lui ne volera jamais. Finalement, Gagarine est sélectionné pour ce premier vol, tandis que Titov fera le deuxième. Titov et Gagarine ne sont informés qu'une semaine avant le lancement de la décision de la commission.

La fusée Vostok sur son aire de lancement. © RIA Novosti

Avec des chances de réussite estimées à l'époque à 50 %, la mission est très risquée. Le vaisseau Vostok 3KA décolle depuis le cosmodrome de Baïkonour à 9 h 07 (heure de Moscou, 6 h 07 UTC). Onze minutes après le lancement, le vaisseau est inséré en orbite. Gagarine fait une fois le tour de la Terre sans rencontrer de problème puis, malgré une rentrée mouvementée, atterrit sans encombre. Concrètement, le cosmonaute s'est éjecté de la capsule Vostok à 7 kilomètres du sol et a atterri avec son parachute, car l'atterrissage de la capsule aurait été trop rude pour lui. Gagarine se pose finalement vers 10 h 55 (heure de Moscou, 7 h 55 GMT) dans la région de Saratov : le premier vol habité aura duré 108 minutes, dont 89 en orbite terrestre.

À noter que le vaisseau de la mission Soyouz MS-18, qui a décollé pour l'ISS le 9 avril avec à son bord Oleg Novitski, Piotr Doubrov et Mark T. Vande Hei, a été baptisé Iou. A. Gagarine.

12 avril 1981 : le premier vol de la navette spatiale

Vingt ans tout juste après celui de Gagarine, un autre vol spatial allait entrer dans l'histoire.

Les premières réflexions sur la navette spatiale américaine remontent à 1968, mais ce n'est qu'en janvier 1972 que le projet trouve son financement et est officiellement lancé. Une série de tests du premier orbiteur achevé, l'Enterprise, a lieu à partir de 1977. Le premier vol de la navette complète, prévu en 1979, est repoussé de deux ans car deux des composants majeurs de l'orbiteur, son moteur principal SSME et son bouclier thermique, rencontrent des problèmes de mise au point.

Les astronautes John W. Young et Robert L. Crippen dans le poste de pilotage de Columbia lors du premier vol d'une navette. © Nasa

Pour cette mission (STS-1), la première mission habitée américaine depuis le vol Apollo-Soyouz en juillet 1975, la Nasa choisit un équipage composé d'un vétéran et d'un astronaute n'ayant jamais volé : John Young, le commandant de la mission, qui a déjà quatre missions à son actif, et Robert Crippen, qui avait été sélectionné pour le projet de station spatiale militaire MOL, qui a été annulé en 1969. L'équipage de rechange est composé de Joseph H. Engle et Richard H. Truly, qui formeront finalement l'équipage de la mission STS-2.

La navette décolle le 12 avril 1981, trois secondes après midi UTC. L'orbiteur est placé en orbite sans qu'aucune anomalie grave se produise durant la phase propulsée. Durant deux jours, les pilotes effectuent différents tests : ils utilisent les moteurs de la navette pour modifier l'orientation de celle-ci, changer d'orbite, ils ouvrent puis referment les portes de la soute cargo...

Initialement prévu le 10 avril 1981, le lancement de la première navette fut reporté de deux jours et coïncida avec le trentième anniversaire du vol de Youri Gagarine, le premier Homme dans l'espace. La mission se déroulera sans incident. Deux jours plus tard, le 14, la navette Columbia atterrissait sur la base du Centre de recherche en vol, le centre Dryden. © Nasa.

Le 14 avril, les moteurs de manœuvre orbitale (OMS) de Columbia sont allumés pendant environ 2 minutes et 40 secondes pour que la navette quitte son orbite. Après avoir bouclé 36 orbites, l'orbiteur atterrit comme prévu sur la base Edwards de l'Armée de l'Air, en Californie. Tous les objectifs de la mission ont été remplis.

  • Le 12 avril est la journée internationale du vol spatial habité, en référence au vol de Youri Gagarine il y a 60 ans aujourd'hui.
  • Avec cette mission Vostok-1, le cosmonaute soviétique devint le premier Homme à aller dans l'espace et à parcourir une orbite autour de notre planète.
  • Vingt ans plus tard, le 12 avril 1981, c'était au tour de la navette spatiale américaine de faire son premier vol dans l'espace.
Pour en savoir plus

Infographie : il y a 50 ans, Youri Gagarine entrait dans l'Histoire

Le 12 avril 1961 le lieutenant Youri Gagarine faisait le tour de la Terre à environ 200 kilomètres d'altitude à bord d'une capsule Vostok 1, devenant ainsi le premier Homme à conquérir l'Espace.

Article de Jean-Baptiste Feldmann, publié le 11 avril 2011 

Chaque 12 avril les passionnés d'astronautique ont une pensée pour le premier vol humain en orbite, celui de Youri Gagarine, dont on fête aujourd'hui les 50 ans. Si le grand public est désormais blasé après un demi siècle de vols spatiaux, il s'agissait alors d'un véritable exploit, principalement dicté par des impératifs politiques.

 Youri Gagarine dans son habit de cosmonaute. © RIA Novosti

Les années 1950 ont vu se durcir le ton entre les deux grandes puissances que sont alors les États-Unis et l'Union soviétique, conduisant à ce qu'on appelle la guerre froide. Chacun cherche alors à imposer sa puissance économique, idéologique et militaire. On construit des missiles balistiques de plus en plus puissants pour envoyer le plus loin possible bombes nucléaires et thermonucléaires.

Côté américain, la conception de ces lanceurs est conduite par l'ingénieur allemand Wernher Von Braun, côté soviétique c'est Sergueï Korolev qui en a la charge. C'est lui qui va convaincre les dirigeants de son pays d'utiliser une de ces fusées pour mettre en orbite le premier satellite artificiel Spoutnik 1 le 4 octobre 1957. La course à la Lune est alors lancée ; elle doit passer dans un premier temps par un vol orbital humain.

C'était il y a 50 ans. © ide.fr

Le destin d'un héros

Youri Gagarine naît le 9 mars 1934 à Klouchino, un village russe assez proche de la frontière polonaise. Après ses études il devient pilote de chasse en 1957 et trois ans plus tard se retrouve dans la sélection des futurs cosmonautes du programme spatial soviétique. De 200, le groupe des sélectionnés descend à 6 ; Gagarine en fait partie. Bon sportif, de petite taille (donc apte à tenir dans la modeste capsule Vostock 1), doué en mathématiques et possédant une mémoire exceptionnelle, il passe avec succès tous les tests. C'est lui qui est finalement retenu pour prendre place au sommet de la fusée Vostok ce 12 avril 1961.

Le décollage a lieu à 6 h 07 TU ; 10 minutes plus tard le vaisseau Vostok 1 et ses 4.725 kilogrammes ont atteint leur orbite. Après la Sibérie, Gagarine survole le Pacifique en diagonale jusqu'à la pointe de l'Amérique du Sud. Son tour de Terre le fait remonter au-dessus de l'Afrique ; à 7 h 25 TU commencent les manœuvres de freinage au-dessus de l'Angola. Le module de service et celui de retour se séparent et entament une descente commune en survolant l'Égypte. À 7 h 55 TU Gagarine s'éjecte de la capsule Vostok 1 qui est alors à 7 kilomètres d'altitude. La capsule finit sa course en heurtant brutalement le sol où elle creuse un trou avant de rebondir. La scène se passe du côté de Saratov, une ville située à 700 kilomètres au sud-est de Moscou.

La fusée Vostok sur son aire de lancement. © RIA Novosti

Craignant que le vol ne soit pas homologué, les Soviétiques feront croire pendant trois décennies que la capsule s'est posée avec Gagarine à son bord. Le futur héros de l'URSS arrive quant à lui sur Terre au bout de son parachute à 8 h 05 TU. Pour la première fois, un Homme a fait le tour de notre planète en orbite. 

Le retentissement de ce vol est énorme. Alors que les Américains essuient un cruel revers, Gagarine fait le tour du monde, symbolisant la puissance du régime soviétique. Promu au grade de major, il devient responsable de l'entraînement des cosmonautes à la cité des Étoiles et prépare également sa reconversion comme pilote de chasse. C'est au cours d'un entraînement avec son instructeur, Vladimir Seriogine, à bord d'un MIG-15 UTI, qu'il trouve la mort le 27 mars 1968.

La capsule Vostock 1 après son retour sur Terre. © RIA Novosti

Négationnisme

De folles rumeurs naîtront par la suite en occident, aujourd'hui encore relayées sur le Web, affirmant qu'un autre cosmonaute, le fils du constructeur d'avion Iliouchine, voire plusieurs hommes, auraient précédé Gagarine dans l'espace lors de vols tenus secrets. Aujourd'hui, longtemps après la fin de la guerre froide, alors que les documents sont devenus accessibles et que les témoignages s'expriment librement, les détails du vol de Gagarine et de sa préparation sont parfaitement connus et doivent faire oublier ces histoires farfelues.

« Ce ne sont que des balivernes... » a rétorqué au magazine Espace & Exploration Oleg Ivanoski, l'ingénieur, aujourd'hui âgé de 89 ans, qui a refermé sur Youri Gagarine l'écoutille de la capsule ce 12 avril 1961. Même son de cloche chez l'historien de l'espace Jacques Villain, que nous avons contacté : « Il faut en finir avec la dizaine de vols qui auraient précédé Gagarine et notamment celui du fils d'Iliouchine et les Américains qui ne seraient jamais allés sur la Lune ». Ces histoires rocambolesques sont d'ailleurs relatées dans l'un de ses livres Dans les coulisses de la conquête spatiale. « Comme toutes les activités humaines, ajoute-t-il, la conquête spatiale a généré tant de légendes ! »

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !