La sonde américaine Mars Reconnaissance Orbiter a retrouvé la trace de l'atterrisseur qui déposa le robot Spirit en 2004 et celle de la sonde Phoenix muette depuis novembre 2008.
Cela vous intéressera aussi
  • Découvrez la planète Mars en image 

Alors que la planète Mars se rapproche lentement de la TerreTerre (l'opposition est fixée au 3 mars prochain) et commence à révéler dans les télescopes des astronomesastronomes les principales formations visibles à sa surface, l'exploration sur place se poursuit. Au sol, Opportunity passe l'hiverhiver sur une pente du cratère Endeavour que le robotrobot devrait explorer dans quelques semaines, quand le SoleilSoleil sera assez haut pour lui fournir l'énergie photovoltaïqueénergie photovoltaïque dont il a besoin.

OpportunityOpportunity est actuellement le seul engin encore opérationnel à la surface de la Planète rouge après la fin glorieuse de Spirit et en attendant l'arrivée de Curiosity en août prochain. Depuis l'orbiteorbite martienne, Mars Express la sonde européenne de l'Esa et les américaines Mars Odyssey et Mars Reconnaissance Orbiter nous fournissent régulièrement des vues spectaculaires des paysages martiens. Grâce aux performances de sa caméra Hirise (High Resolution Imaging Science Experiment) dotée d'un télescope de 50 centimètres de diamètre, MRO fournit des images dont la résolutionrésolution peut aller jusqu'à 0,3 mètre par pixelpixel.

Au centre de cette image prise le 26 janvier 2012 par l'orbiteur MRO, on peut voir l'atterrisseur Phoenix (et son ombre) qui s'était posé sur Mars en 2008. © Nasa/JPL-Caltech/Univ. de l'Arizona

Au centre de cette image prise le 26 janvier 2012 par l'orbiteur MRO, on peut voir l'atterrisseur Phoenix (et son ombre) qui s'était posé sur Mars en 2008. © Nasa/JPL-Caltech/Univ. de l'Arizona
Des robots... sans les Hommes

MRO semble s'être fait une spécialité en matièrematière de recherche des véhicules terrestres sur la Planète rouge. L'orbiteur, qui avait déjà repéré Opportunity en septembre dernier, vient de fournir pour la première fois des images en couleurcouleur présentées par la Nasa, clichés de deux autres engins, réalisés à trois jours d'intervalle.

Le 26 janvier dernier, MRO repassait de nouveau au-dessus de Phoenix (que l'orbiteur avait déjà survolé en juin 2010), un atterrisseur posé à proximité de la calotte polairecalotte polaire nord et qui fonctionna pendant cinq mois en 2008. Malgré de multiples tentatives de la NasaNasa pour entrer en communication avec PhoenixPhoenix en utilisant l'orbiteur Mars Express au cours de trois campagnes totalisant 150 survolssurvols, l'atterrisseur n'a jamais plus donné signe de vie, sans aucun doute victime du terrible hiver martien (il peut faire - 135° C à de telles latitudeslatitudes) et du poids de la neige carboniqueneige carbonique qui a certainement brisé ses panneaux solaires.

Le 29 janvier, MRO faisait une autre trouvaille en photographiant la plateforme d'atterrissage de SpiritSpirit. C'est le 3 janvier 2004 que Spirit a touché le sol martien dans le cratère Gusev (145 kilomètres de diamètre) à bord d'un module de protection. Ce dernier était constitué d'une plateforme sur laquelle Spirit était protégé par des pétalespétales métalliques qui se sont ouverts après l'atterrissage. Un parachuteparachute et des airbagsairbags complétaient le dispositif destiné à assurer une arrivée en douceur. Alors que le roverrover Spirit est ensuite parti à la conquête de Mars, la plateforme est toujours visible à environ 250 mètres d'un cratère d'impact.