La Nasa vient de présenter une nouvelle série de magnifiques photographies de la surface martienne prises par l'orbiteur MRO avec sa caméra Hirise, dont le site Internet propose désormais une version française.
Cela vous intéressera aussi
  • Découvrez la planète Mars en image 

Depuis son opposition à la fin de l'hiverhiver dernier, la planète Mars s'éloigne à nouveau de la TerreTerre, petit point orangé glissant de la constellation du Lionconstellation du Lion à celle de la Vierge (où se trouve déjà Saturne) que vous pourrez repérer dans la soirée du 24 juillet à proximité d'un gros croissant lunaire. Trop éloignée désormais pour être observée confortablement au télescope, la Planète rouge est toujours sous le regardregard des caméras de différents robotsrobots.

Des falaises de 800 m de haut bordent la calotte polaire nord qui atteint plusieurs kilomètres d'épaisseur au centre. Les internautes sont invités à rechercher la trace de rochers qui seraient tombés au pied de ces remparts. © Nasa/JPL/<em>University of Arizona </em>

Des falaises de 800 m de haut bordent la calotte polaire nord qui atteint plusieurs kilomètres d'épaisseur au centre. Les internautes sont invités à rechercher la trace de rochers qui seraient tombés au pied de ces remparts. © Nasa/JPL/University of Arizona 

Au sol, en attendant l'arrivée de Curiosity dans le cratère Gale le mois prochain, c'est l'inusable roverrover Opportunity qui nous a régalé il y a quelques jours d'un beau panorama réalisé au bord du cratère EndeavourEndeavour. Des trois sondes actuellement en orbiteorbite martienne, c'est MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) qui nous envoie régulièrement les photographiesphotographies les plus spectaculaires réalisées à l'aide de sa caméra Hirise (High Resolution Imaging Science Experiment) dont le télescopetélescope de 50 cm de diamètre offre une résolutionrésolution qui peut aller jusqu'à 0,3 m par pixelpixel.

Le vent est à l'origine de ces dunes de sable et de glace (des barkhanes) qui se déplacent en moyenne d'un mètre par an à proximité de la calotte polaire martienne. © Nasa/JPL/<em>University of Arizona </em>

Le vent est à l'origine de ces dunes de sable et de glace (des barkhanes) qui se déplacent en moyenne d'un mètre par an à proximité de la calotte polaire martienne. © Nasa/JPL/University of Arizona 
Admirez... et participez !

Dunes en étoile, tourbillon de poussière ou perturbations météorologiques, rien n'échappe à Hirise qui présente désormais les commentaires de ses images en version française sur son site InternetInternet. Voilà qui devrait ravir toutes celles et ceux qui ne sont pas très à l'aise dans la langue de Shakespeare ; mais la déclinaisondéclinaison du site en différentes langues vise surtout à mobiliser les internautes pour épauler les planétologues.

D'étonnants dépôts sédimentaires au fond d'une vallée se présentent sous forme de vagues figées. © Nasa/JPL/<em>University of Arizona </em>

D'étonnants dépôts sédimentaires au fond d'une vallée se présentent sous forme de vagues figées. © Nasa/JPL/University of Arizona 

À l'instar de ce qui se fait déjà depuis 5 ans avec Zooniverse, les chercheurs de l'University of Arizona souhaitent que le grand public les aide à dépouiller les nombreuses images d'Hirise, en comparant par exemple le pied des falaises qui bordent la calotte polairecalotte polaire nord pour déterminer si de nouveaux blocs se sont détachés au cours d'avalanchesavalanches entre deux survolssurvols de MRO. Un autre sujet d'étude concerne les régions où se forment des dunes, pour vérifier et mesurer la vitessevitesse et la direction de leur déplacement. Des recherches qui demandent du temps et de la patience, de quoi mobiliser de nombreux internautes...