L’Esa vient de tester une nouvelle version des propulseurs d’appoint à poudre (EAP) d'Ariane 5 ECA, qui devrait en améliorer les performances. Si l'analyse de ces essais montre des résultats concluants, ces boosters améliorés équiperont les versions futures du lanceur.

Cela vous intéressera aussi

  • Parcourez la galerie photo des lanceurs 

L'Agence spatiale européenne et les équipes du Centre spatial guyanais ont effectué un tir d'essai d'un booster à poudre d'Ariane 5. Plus communément appelés EAPEAP, ces boostersboosters (les deux cylindres qui flanquent le corps principal du lanceurlanceur) assurent environ 90 % de la poussée au décollage d'Ariane 5Ariane 5 ECA, durant les 140 premières secondes.

Le tir d'essai a été effectué sur le banc d'essai des accélérateurs à poudre (BEAP) du Centre spatial guyanaisCentre spatial guyanais. Le moteur à poudre a fonctionné pendant 135 secondes, simulant le temps de son utilisation lors d'un lancement Ariane 5 et a produit une poussée moyenne de 700 tonnes.

Les étages d'accélération à poudre (EAP) d’Ariane 5 sont les plus gros propulseurs à poudre réalisés à ce jour en Europe, avec chacun 240 tonnes de propergol solide. À l'image, un des deux utilisés sur l'Ariane 5 qui a lancé le satellite Envisat. © Esa/Cnes/Arianespace - Service optique

Les étages d'accélération à poudre (EAP) d’Ariane 5 sont les plus gros propulseurs à poudre réalisés à ce jour en Europe, avec chacun 240 tonnes de propergol solide. À l'image, un des deux utilisés sur l'Ariane 5 qui a lancé le satellite Envisat. © Esa/Cnes/Arianespace - Service optique

La version future des boosters d'Ariane 5 ECA ?

Cet essai a été effectué dans le cadre du programme Arta (accompagnement et recherche technologique Ariane) qui vise à renforcer et améliorer le lanceur Ariane 5 pour fiabiliser au mieux ses performances et garantir sa qualification tout au long de sa phase d'exploitation, en vérifiant de nouvelles améliorations et en traitant les obsolescences qui surviennent.

L'objectif était cette fois de tester une nouvelle protection thermique conçue pour mieux absorber les vibrationsvibrations résultant des gazgaz de combustioncombustion interagissant avec la géométrie interne du moteur. Plus fine que la précédente, elle rendra le vol plus confortable pour les satellites qui seront soumis à moins de vibration. Cet essai a contribué également à la qualification d'une nouvelle résine notamment sur le convergent de la tuyèretuyère, soumis à de très hautes températures. Ce nouveau matériel devrait se montrer plus résistant à l'érosion de tous les flux générés par la combustion.

En d'autres termes, ces modifications amélioreront les performances du lanceur, permettant un gain de puissance et donc une augmentation de la massemasse de la charge utile à lancer dans l'espace. Si une première lecture succincte des résultats du tir est attendue ces prochaines semaines, ce n'est seulement qu'au terme de plusieurs mois d'analyse de tous les paramètres mesurés que l'on saura si cet EAP modifié équipera les versions futures d'Ariane 5 ECA.