La supposée ville de Zakhiku à Kemune a été submergée il y a 40 ans mais des murs et tablettes cunéiformes ont été très bien préservés. © University of Tübingen
Sciences

Une cité engloutie de 3.000 ans refait surface en Irak

ActualitéClassé sous :archéologie , Homme , ville

Il y a plus de 3.000 ans, un tremblement de terre a détruit une importante cité irakienne. Celle-ci est restée anonyme depuis lors et est ensevelie depuis 40 ans dans le réservoir d'eau de Mossoul. Des archéologues découvrent aujourd'hui des murs et tablettes cunéiformes très bien préservés dans cette cité engloutie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Archéologie : découvrez le passionnant travail de l'anthropologue  Lors de recherches archéologiques, il n’est pas rare de trouver d’anciens sites d’inhumation. Ces tombes renferment en général de nombreux indices et témoignages des civilisations passées que l’anthropologue saura interpréter précisément. L’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) nous parle de son travail au cours de cette courte vidéo. 

Les épisodes de sécheresse sont de plus en plus intenses et fréquents en cette période de changement climatique et les populations humaines doivent trouver des solutions rapides pour pallier les conséquences de pénuries d'eau. C'est ainsi que la sécheresse qui a frappé l'Irak en ce début d'année a conduit les Irakiens à puiser de l'eau, notamment pour les cultures, dans le réservoir de Mossoul, le plus grand lieu de stockage du pays. Durant des mois, le réservoir s'est progressivement vidé, jusqu'à laisser apparaître les premières traces d'une cité qui avait été engloutie il y a plusieurs dizaines d'années, sans qu'aucune recherche archéologique n'y ait auparavant été menée.

Un tremblement de terre, une submersion… et des murs intacts

Cette « ville surprise » est donc située à Kemune et aurait, selon les archéologues allemands et kurdes qui se penchent sur son étude, été bâtie sur le Tigre il y a environ 3.400 ans. Elle daterait donc de l'empire Mittani qui contrôlait des zones du nord de la Mésopotamie et de la Syrie au cours de la première moitié du deuxième millénaire avant J.-C. Cette ville pourrait être Zakhiku, un centre important de l'empire Mittani.

Des récipients en céramique contenaient les restes de tablettes cunéiformes. © Université de Tübingen

La cité engloutie comprend un palais, un complexe industriel, un grand bâtiment de stockage, ainsi que des fortifications massives avec des tours et des murs. Ces derniers, de plusieurs mètres de haut, faits en boue séchée ainsi que des tablettes cunéiformes en argile, ont survécu à quarante ans d'immersion. Les archéologues expliquent cela par le fait que le tremblement de terre qui a détruit la ville vers 1.350 ans avant J.-C. a entraîné l'ensevelissement et donc la protection des bâtiments par les parties supérieures des murs de la ville.

Un palais et plusieurs grands bâtiments ont été découverts. Cette ville pourrait être l'ancien Zakhiku, considéré comme un vaste complexe urbain et industriel de l'empire Mittani (vers 1550-1350 avant J.-C.). © Université de Tübingen
Des archéologues et des ouvriers fouillent les murs d'un grand bâtiment de la ville antique, qui est interprété comme un bâtiment de stockage de l'époque de l'empire Mittani. © Université de Tübingen
Des récipients en poterie, dans lesquels étaient stockées des tablettes cunéiformes, se trouvent dans le coin d'une pièce de la période assyrienne moyenne (vers 1350-1100 avant J.-C.). © Université de Tübingen
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !