Photographie de l'une des statues égyptiennes englouties de la cité de Thônis-Héracléion, dans la baie d'Aboukir. © Christoph Gerigk, Franck Goddio, Hilti Foundation
Sciences

Des offrandes intactes depuis plus de 2.000 ans découvertes près de la cité engloutie d'Héracléion

ActualitéClassé sous :Archéologie , égypte , ville

Respecter la chaîne du froid, utiliser des conservateurs alimentaires et protéger la nourriture de l'humidité sont autant d'actions qui sont aujourd'hui préconisées afin de préserver des aliments durant quelques jours. Des denrées égyptiennes englouties défient, quant à elles, une tout autre échelle de temps...

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un sous-marin tortue aide les archéologues à explorer les épaves  L’archéologie sous-marine est un domaine exceptionnellement riche mais cette pratique reste risquée, notamment lors de l’exploration d’épaves ou de bâtiments engloutis. Face à ce problème, une équipe de scientifiques tente de développer l'utilisation de robots sous-marins. La chaîne Euronews nous en dit plus dans ce nouvel épisode de Futuris. 

Thônis-Héracléion est une légendaire cité engloutie dans la baie d'Aboukir, au large des côtes égyptiennes. Elle fut submergée par un raz de marée après un tremblement de terre au deuxième siècle après J.-C. Bien qu'elle était mentionnée dans des écrits historiques, ses premiers vestiges n'ont été trouvés qu'au cours des années 1990.

Une stèle découverte dans la baie d'Aboukir a permis de déterminer que Thônis et Héracléion étaient les noms égyptien et grec d'une même ville. © Christoph Gerigk

Des fruits dans une salle funéraire

Plusieurs vestiges de la cité ont depuis été mis au jour, parmi lesquels des colonnes, des statues, des bateaux ou encore des pièces de monnaie.

Pièce de bronze trouvée au niveau de la cité engloutie de Thônis-Héracléion. © Christoph Gerigk, Franck Goddio, Hilti Foundation

Récemment, des archéologues ont trouvé des paniers en osier datant du quatrième siècle avant J.-C et qui contenaient encore des fruits de Doum, qui étaient sacrés pour les égyptiens à cette époque.

Les fruits de Doum étaient sacrés dans l'Égypte antique. © serdar, Adobe Stock

Selon l'un des découvreurs de ces paniers et de la cité, Franck Goddio, il est exceptionnel que les fruits soient intacts après plus de 2.000 ans passés dans une cité engloutie. Il explique pourtant cela par le fait que les fruits se trouvaient dans une pièce souterraine et protégée de Thônis-Héracléion. Selon Franck Goddio, ces paniers de fruits auraient été des offrandes déposées dans une salle funéraire, ce qui justifierait que personne n'ait touché aux denrées une fois celles-ci déposées.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !